TERRORISME. Israël en Cisjordanie: le PDG d’Orange menacé de mort malgré son recul

Posted on Juin 16, 2015 @ 11:07

19


Le PDG d'Orange, Stephane Richard

Le PDG d’Orange, Stephane Richard/AFP

JUSTICE — Le PDG d’Orange, Stéphane Richard a déclaré mercredi 3 juin: «Notre intention est de nous retirer d’Israël (…) Cela va prendre du temps [mais] nous allons certainement le faire». Il a porté plainte contre X après avoir reçu des menaces de mort. En réalité, cette situation qui devient une polémique, est surtout ambiguë. Il s’agit simplement pour Orange, embarrassée, de ne pas commercer avec  des institutions qui sont implantées dans les colonies.

Un homme en danger

Le PDG d’Orange Stéphane Richard a porté plainte contre X pour menaces de mort et appels à la haine contre lui et certains de ses proches après la vive controverse causée en Israël par ses propos sur un retrait de la marque Orange de ce pays, a-t-on appris mardi 16 juin de sources concordantes.

M. Richard a déposé plainte auprès du parquet de Paris la semaine dernière, avant son voyage en Israël, indique une source proche du dossier.

La plainte, qui n’aboutira jamais, a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne, un des services de la police judiciaire parisienne, selon une autre source proche de l’enquête. Contacté, le groupe Orange n’a pas souhaité faire de commentaire particulier.

Zéro boycott 

M. Richard avait provoqué une levée de boucliers en signalant le 3 juin au Caire que son groupe voulait retirer la marque Orange d’Israël, qui est actuellement exploitée par l’israélien Partner, un opérateur de téléphonie israélien qui relaie les communications vers les colonies en Cisjordanie, en territoires occupés, donc palestinien. Ces propos avaient été interprétés avec mauvaise foi en Israël comme une initiative supplémentaire de boycott contre le pays.

Dans un rétropédalage incestueux, pressé par le gouvernement français, Orange et M. Richard lui-même se sont employés depuis lors à assurer que l’entreprise voulait juste récupérer la maîtrise totale de sa marque, que son projet de désengagement n’avait rien de politique, mais était purement commercial, et qu’il ne s’appliquait qu’à la marque et non aux autres activités d’Orange dans le pays.

Pour tenter de clore l’affaire, le PDG d’Orange s’est rendu jeudi dernier en Israël et a rencontré vendredi le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Mais, rien n’y fait, certaines personnes veulent sa mort.

Publicités
Posted in: Actualité