GUERRE EN SYRIE. Alep: Les « qui » sont les trois journalistes espagnols « portés disparus » ?

Posted on Juil 22, 2015 @ 6:51

3


José Manuel López, Ángel Sastre et Antonio Pampliega, en Siria. / Facebook de Usama Ajjan

José Manuel López, Ángel Sastre et Antonio Pampliega, en Siria. / Facebook de Usama Ajjan

Journalistes enlevés en Syrie ? Tous, par la soi-disant opposition, jamais par le Gouvernement malgré des accusations mensongères avérées. Entrés en Syrie le 11 juillet dernier, Antonio Pampliega, Angel Sastre et José Manuel Lopez, des indépendants qui travaillent pour l’Espresso ou Le Monde, sont arrivés en Syrie via le sud de la Turquie. La dernière fois qu’ils ont été vus, c’était côté syrien. Cette zone, une fois que vous avez franchi la frontière est infestée de terroristes que la Turquie laisse agir en toute impunité en Syrie. C’est la route vers Alep, la cité syrienne pillée par ces gens-là et Erdogan…Ce que la presse française n’a jamais osé dire c’est que, Alep est divisée en deux depuis juillet 2012. D’un côté, c’est le Front al-Nusra (Al qaïda en Syrie), et de l’autre, l’armée arabe syrienne.

C’est une histoire abracadabrantesque que les médias tenteront avec bonne foi de triturer. En effet, ces reporters arrivent tout d’abord à Gaziantep, en Turquie, où, ils sont pris en charge par un « opposant » au président syrien Bachar al-Assad. Il s’agit de Usama Ajjan, un jeune professeur d’anglais, originaire d’Alep, depuis peu, installé en Turquie.

Sur Facebook, il présente dans des photos, ces journalistes qu’il dit être ses « amis ». Une photo les montrant dans le véhicule qui les conduit à Alep est publié le 11 juillet. Une autre montre l’homme et ses « invités » prenant la pose en s’alimentant. Depuis, plus rien. La communauté syrienne dite de l’opposition, de Gaziantep, se mobilise depuis quelques heures pour « prier » sur le sort de Usama et ses amis espagnols, enlevés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Selon nos informations, Usama Ajjan et son frère Ahmad Ajjan, activistes anti-Assad vivant en Turquie, sont depuis un certain temps les relais des terroristes qui vont combattre en Syrie et des….journalistes qui s’y rendent. Tout peu donc laisser penser qu’ils ont été pris dans un guet-apens de l’armée arabe syrienne. Que nenni.

Aujourd’hui, dans ce qu’on nomme « opposition » syrienne, des groupuscules hétéroclites sans foi ni loi, c’est chacun qui veut faire du blé. Ils n’ont aucun objectif, à part le fric, quoi qu’en disent les Occidentaux qui les soutiennent aveuglément. Ces gens ont été enlevés par une faction terroriste en manque de liquidité, proche du Front al-Nusra, puisqu’ils sont dans l’antre de la bête immonde, donc, du côté où le Front fait la pluie et beau temps, se permettant même de démanteler des usines envoyées en…Turquie.

Quand on leur dit d’aider le Gouvernement syrien pour éviter tout ça, perdu dans une idéologie morbide, l’Occident reste campé sur ses positions. Ce terrorisme qu’ils soutiennent mordicus en Syrie est en train d’atteindre peu à peu l’Occident. D’ailleurs, comment peut-on expliquer l’attraction des citoyens européens pour ce faux djihad ? La réponse est toute trouvée, la politique de l’autruche aidant: c’est l’islam…

>>> NOTRE DERNIÈRE INTERVIEW (CLIC)

Advertisements
Posted in: Actualité