HORREUR ET BARBARIE. Palestine – Israël : crime barbare d’un bébé palestinien

Posted on Juil 31, 2015 @ 14:21

87


baby burnt

Un enfant palestinien d’un an et demi est décédé et ses parents blessés dans la nuit de jeudi à vendredi lors d’un incendie provoqué par des colons israéliens en Cisjordanie occupée.

Quatre colons, qui avaient pénétré à Doma, près de Naplouse, ont mis le feu à une des maisons située à l’entrée de ce village palestinien et inscrit des slogans sur un mur avant de s’enfuir en direction d’une colonie voisine, ont indiqué des services de sécurité palestiniens. «Nous pensons que cette attaque a des motivations nationalistes», a de son côté affirmé une porte-parole de la police israélienne. Selon elle, le slogan «prix à payer», traditionnellement utilisé par les extrémistes israéliens pour désigner des attaques commises contre des Palestiniens, a été retrouvé sur les murs de la maison incendiée.

Les premiers éléments de l’enquête montrent que le logement a été détruit par le feu alors que la famille qui l’habitait était endormie. Trois personnes ont été transférées vers des hôpitaux israéliens. «Le meurtre du bébé palestinien est un acte terroriste (…) nous ne permettrons pas à des terroristes de porter atteinte à la vie de Palestiniens», a déclaré le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon dans un communiqué.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Prix à payer

De son côté, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié l’incendie «d’acte de terrorisme en tout point» alors que les Palestiniens ont dit vendredi tenir le gouvernement israélien pour «entièrement responsable», y voyant la «conséquence directe» de l’«impunité» accordée selon eux par les autorités israéliennes aux colons. Saëb Erakat, numéro deux de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a estimé qu’«on ne peut dissocier cette attaque barbare» d’un« gouvernement qui représente une coalition pour la colonisation et l’apartheid».

Depuis des années, des activistes d’extrême droite ou des colons se livrent en Israël et dans les Territoires palestiniens, sous le label du «prix à payer», à des agressions et des actes de vandalisme contre des Palestiniens et des Arabes israéliens, des lieux de culte musulmans et chrétiens, ou même des soldats israéliens.

 

Publicités
Posted in: Actualité