CAMEROUN – BOKO HARAM. Terrorisme: Du sang, des larmes et des interrogations.

Posted on Juil 23, 2015 @ 10:10

12


Boko Haram

Dès potron-minet, après une nuit blanche, j’y songeais, dans ce métro bondé. J’ai rédigé ces mots avec mon téléphone… Plus con qu’un noir musulman, tu meurs ! Chrétien aussi. Quel prétexte ? Ah, ces religions importées vont nous tuer ! Nous passons notre temps à pardonner à nos bourreaux d’hier, d’aujourd’hui et probablement de demain. Mais pourquoi donc ? Ces attentats de Fotokol puis de Maroua sont un mal pour un bien. Ils nous permettent d’ouvrir les yeux. Ce sont des moments-clefs pour comprendre ce monde. Pas de doute possible. Nous partageons la conviction que nous ne pourrons surmonter les obstacles qu’ensemble. Au lieu de se regarder en chiens de faïence, donnons-nous la main…

J’ai d’abord voulu écrire une élégie mais, je me suis ravisé. Il fallait plutôt un coup de gueule. Coup d’épée dans l’eau ? J’avoue, je n’ai pas la force de pouvoir rédiger un poème élégiaque, pas la force de surfer entre les hexamètres et les pentamètres en distiques. J’ai mal. Mal pour mon pays. Mal pour Fotokol. Mal pour Maroua. Las. Ah, Maroua ma ville mosaïque ! Le Domayo de mon enfance. Ses odeurs. Ses ambiances. Son brassage. Hétéroclite. Le quartier Haoussa. Ses soyas. Ses artisans. Fichtre. Pourquoi ?

De quoi est donc le nom Boko Haram ?  La terreur ? Encore faut-il avoir un but pour terroriser. Des revendications. Encore faut-il avoir, donc, un vrai projet de société. Lâcheté. Faiblesse. Folie. La horde de barbares vole la vie des innocents et favorise, vous l’aurez compris, le chaos. Au nom de quel principe ? A qui profite le crime ? Ces attentats augurent quelque chose de grave demain. Nous pleurons nos morts mais, prêtons le flanc aux rumeurs les plus folles. Ils nous vendent le spectre de Brocken pour nous faire céder à la peur et profiter de cet état de fait pour mieux nous dépouiller. Ne cédez pas, restez unis. 

Il est temps de vraiment se réhabiliter. De prendre conscience de nos valeurs et de nos capacités morales. Nous n’avons besoin de personne pour mettre en déroute ces monstres. Plus nous nous rapprochons de nos ennemis -pas besoin de les citer ici-, comme par hasard, plus nous sommes frappés au cœur. Avez-vous regardé leurs médias, hier ? Aucune image, rien, aucun commentaire, à propos de nos malheurs. D’ailleurs, les médias camerounais ont aussi été muets. J’avoue, il ne faut pas céder à la psychose en communiquant à tout va. Ce matin, ici ou là, une seconde. Diantre. Et pourtant, ils nous obligent presque, à pleurer avec eux, de leurs malheurs… 

Au nom de quoi devrons-nous être solidaires de ceux qui ne le sont avec nous ? Selon la Bible (Romains 12:15) « Soyez en joie avec ceux qui sont en joie; et pleurez avec ceux qui pleurent ». Tel est notre héritage légué par eux et qu’ils ne respectent pas…Nous, si. C’est maintenant qu’il faut se serrer les coudes. Il y a comme un chant du cygne. Boko Haram est aux abois. Il a du mal a recruter et s’appuie désormais sur des actes désespérés pour exister. Corruption de mineurs. Ne lui donnons pas l’occasion. Soyons aussi impitoyables que lui et que ces ONG de mauvais aloi rabattent leur caquet…

Le Cameroun vaincra !

Advertisements
Posted in: Actualité