AFGHANISTAN. Retour pétaradant: Défié par Daech, le mollah Omar lorgne Kaboul

Posted on Juil 15, 2015 @ 18:00

22


mollah

Afghanistan – Face à la menace de l’Etat islamique, le chef des talibans se dit favorable aux pourparlers de paix avec le gouvernement.

Donné pour mort plusieurs fois depuis sa fuite rocambolesque à moto devant les Américains en janvier 2002, réfugié dans la clandestinité au Pakistan pour d’autres, le mollah Omar, le chef borgne des talibans afghans, vient de ressortir de l’ombre.

Dans un long message diffusé mercredi sur le site officiel des rebelles, celui qui fut à la tête de l’Emirat islamique d’Afghanistan de 1996 à 2001 donne son accord aux pourparlers de paix engagés la semaine dernière au Pakistan entre le gouvernement de Kaboul et une délégation de talibans.

Principe légitime

«Parallèlement au djihad armé, assure l’ancien émir, les efforts politiques et la voie pacifique pour atteindre nos buts sacrés (ndlr: la fin de l’occupation étrangère et l’instauration d’un système islamique en Afghanistan) constituent un principe islamique légitime, en parfait accord avec les enseignements du prophète.»

«En se penchant sur nos préceptes religieux, on se rend compte que les rencontres et même les contacts pacifiques avec les ennemis ne sont pas interdits», dit encore Omar, dans son texte rendu public à l’occasion de l’Aïd-el-fitr, la grande fête qui marque la fin du mois de jeûne du ramadan.

La concurrence de Daech

Ce soudain retour du mollah Omar dans l’arène ne doit rien au hasard. Pour celui qui se faisait appeler «commandeur des croyants», il y avait urgence à sortir de son silence. C’est que son absence et la perspective d’une fin des hostilités en Afghanistan ont poussé un nombre grandissant de talibans à rejoindre les purs et durs de l’organisation du groupe Etat islamique (Daech), dont l’implantation à la frontière avec le Pakistan ne cesse de se renforcer.

Des combats ont d’ailleurs eu lieu ces dernières semaines entre talibans et militants du groupe Etat islamique, alors que le chef de la nouvelle branche de Daech pour le Pakistan et l’Afghanistan, Hafiz Saïd Kha, a été tué par une frappe de drone américain.

Dangereuse fatwa

Mais il y a pire que la menace militaire pour le mollah Omar. Dans une fatwa publiée en début de semaine dans son magazine Dabiq, Daech appelle en effet tous les Afghans à faire allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, le chef suprême de l’EI. Et accuse le chef des talibans afghans d’être un «nationaliste» qui refuse la création du grand califat mondial.

«Nationalistes» contre «internationalistes»: Daech n’hésite pas à recourir à de vieilles catégories marxistes pour faire passer son message.

Enfin, insulte suprême pour Omar: la fatwa affirme qu’il ne pourrait de toute façon jamais prétendre diriger un «califat» car il n’est pas membre de la tribu des «Qureshi». Celle du prophète Mahomet, dont Abou Bakr al-Baghdadi se dit descendant pour asseoir sa légitimité.

(TDG)

Publicités
Posted in: Actualité