CORRUPTION FIFA. Qatar-Caf: peut-on parler de collusion mafieuse ? Pas vraiment

Posted on Juin 18, 2015 @ 11:30

11


Sepp Blatter et Issa Hayarou

Sepp Blatter et Issa Hayatou

Blatter a toutes les chances de rempiler. Ce ne serait que justice. Alors que les Etats-Unis peinent à mettre la main sur lui, toujours blanchi et bénéficiant de la présomption d’innocence, de plus en plus, on se rend bien compte que la corruption viendrait plus des « grandes fédérations », comme celle de l’Angleterre. Sur la Russie, il existe un vide sidéral. Le Qatar a versé 1,8 million de dollars (1,6 M EUR) à la Confédération africaine (CAF) en janvier 2010 « pour pouvoir exposer leur projet » de candidature au Mondial-2022, a déclaré son président Issa Hayatou dans l’hebdomadaire Jeune Afrique, niant toute corruption. En effet, la CAF ne se nomme pas Hayatou, tout comme la FIFA ne se nomme pas Blatter.

« Il s’agissait de 1,8 million de dollars, pas de 1 million. Versés en deux fois 900.000 dollars. Les Qataris nous les ont donnés pour pouvoir exposer leur projet (de candidature à la Coupe du monde 2022) lors du congrès » de Luanda en janvier 2010 en marge de la Coupe d’Afrique des nations, selon le président de la CAF. Etait-ce une manière d’acheter les voix des Africains? Réponse de M. Hayatou: « Non. D’ailleurs, j’ai convoqué immédiatement après le comité exécutif de la CAF pour dire que ce qui s’était passé ne nous engageait en rien. Je n’ai donné aucune consigne, et chacun a voté en son âme et conscience. »

Interrogé sur cette exposition de projet, un porte-parole de la CAF a précisé que « ce comité (de candidature du Qatar) souhaitait avoir ce privilège en exclusivité ». « La proposition a été présentée aux membres du comité exécutif qui l’ont adoptée. Le Qatar a présenté son projet. L’argent a été payé à la CAF et figure dans les états financiers de la Confédération », a ajouté le porte-parole.

Concernant les allégations de Phaedra Almajid, ancienne membre du comité de candidature qatari qui accuse M. Hayatou d’avoir négocié sa voix 1,5 million de dollars, le président de la CAF a répondu qu’elle racontait « n’importe quoi ». « On lui demande de fournir des preuves. Elle n’en a pas apporté », déclare-t-il.

Face aux scandales qui secouent la FIFA, le président de la CAF a indiqué qu’il n’était personnellement pas inquiet: « Je n’ai peur de rien, car je n’ai rien fait. Ma conscience est tranquille. »

Publicités
Posted in: Actualité