DE QUOI TE MÊLES-TU ? La Belgique veut couper ses aides en faveur du Burundi

Posted on Mai 21, 2015 @ 22:16

31


Pierre Nkurunziza

Pierre Nkurunziza

La Belgique arrêtera son aide directe au Burundi en cas de troisième mandat du président Pierre Nkurunziza, a averti jeudi le gouvernement belge, alors que les manifestations ont repris. Où est donc passé l’arbre à palabres en Afrique ? D’ailleurs, il n’y a qu’en Afrique où des gens meurent pour des élections. Quel malheur !

Et si la Belgique s’occupait de ses affaires ?

Le chantage est inacceptable. La Belgique «exprime l’espoir que le président Nkurunziza renoncera à un troisième mandat», indique le ministère belge des Affaires étrangères dans un communiqué publié après le conseil des ministres jeudi. Comment peut-on expliquer cette ingérence belge dans les affaires intérieures du Burundi ? Cette offensive belge montre effectivement que le coup d’Etat raté est un fait occidental.

Le gouvernement belge «a décidé de poursuivre le partenariat avec le Burundi», la Belgique entendant «rester solidaire de la population burundaise», a précisé le ministère. Mais le gouvernement belge prévient: «En cas de violation persistante des accords d’Arusha, notre pays ne conclura pas d’accord de coopération bilatérale classique avec le gouvernement burundais».

Au moins deux manifestants ont été tués par les tirs de la police jeudi à Bujumbura, où la contestation a repris de plus belle malgré la riposte musclée des policiers.

Signés en 2000, les accords de paix d’Arusha avaient ouvert la voie à la fin de la longue guerre civile burundaise (1993-2006). En 2013, les dépenses belges totales d’APD (aide publique au développement) à son ancienne colonie se sont élevés à 47,4 millions d’euros, dont 34,4 millions affectés à la coopération gouvernementale.

L’accord d’Arusha

l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation s’est déroulée le 28 août 2000 dans un climat de grande protestation. Certains ont signé avec des réserves, d’autres sans. La dimension ethnique se posant avec acuité, l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation a été arraché aux forceps pour instaurer une démocratie consensuelle. ceci dit, une démocratie effective ne sera jamais mise en place.

Au Burundi, les quotas ethniques sont de 60% Hutu et 40% Tutsi à l’Assemblée nationale. L’ethnie est corvéable et malléable et à souhait. Comprenez donc que le président Nkurunziza semble vouloir s’inscrire dans la dynamique d’une vraie démocratie. Il n’a pas modifié la Constitution. La loi sur les quotas devient même antinomique…Maintenant, a-t-il raison ou pas ? C’est aux Burundais de répondre et non aux Belges…

>>>> DECOUVREZ CE GENIE DE L’INFORMATIQUE (Clic)

Publicités
Posted in: Actualité