L’HUMANITAIRE A GÉOMÉTRIE VARIABLE. Quotas: uni pour bombarder, désuni pour accueillir

Posted on Mai 17, 2015 @ 14:30

35


humanitairePour des raisons toujours dites humanitaires, l’Occident est toujours uni pour aller bombarder d’autres pays mais, lorsqu’il s’agit d’accueillir ceux qui fuient la guerre alors, il est toujours désuni. Et pourtant, c’est cet Occident-là qui crée toutes ces guerres pour ses intérêts propres, et non pour des raisons humanitaires…

C’est d’abord la Grande-Bretagne qui avait annoncé mardi dernier qu’elle ne participerait pas à la politique de redistribution des réfugiés entre les pays de l’UE qui devait être proposé le mercredi dernier par l’Exécutif européen. Londres, qui avait dépêché le porte-hélicoptères HMS Bulwark en Méditerranée, dit vouloir se concentrer sur la lutte contre les réseaux de trafiquants.

Bref, un « restez chez vous », même si Daesh vous assassine, même si la guerre atteint une violence optimum. A trop vouloir jouer les gendarmes, comme en Libye, l’Occident refuse aujourd’hui d’assumer ses choix guerriers. Pire, les accusations les plus morbides peuvent laisser croire que la faute c’est les autres. récemment, un foulosophe affirmait que tout ce chaos est dû à la non-intervention en Syrie. Une folie !

C’est maintenant au tour de la France de opposer à l’instauration de « quotas » pour la répartition des migrants et des réfugiés entre les pays de l’UE, proposée cette semaine par la Commission européenne. Or, le plan d’action pour l’immigration et l’asile présenté mercredi par Bruxelles prévoit des quotas obligatoires pour une répartition équitable des réfugiés et, en cas de crise, un transfert des demandeurs d’asile entre les États de l’UE.

Au-delà de l’incongruité de cette loi contraignante se cache en réalité une fuite en avant. Selon Manuel Valls le Premier ministre français, les « réfugiés doivent être répartis entre les Etats membres de façon plus équitable ». Autre aberration dans la mesure où le candidat à l’exil cible généralement un pays dans lequel vivent des proches. Peut-on contraindre un francophone, un anglophobe ou même un hispanophone d’aller vivre dans un pays où il sera obligé d’apprendre la langue et vice versa ?

L’enfant pauvre, l’Afrique, voit notamment la mise sur pied de plusieurs centres d’accueil vont ouvrir au Niger. Pays d’étape importante pour les immigrés clandestins africains. Ceci afin de les dissuader de poursuivre leur route vers l’Europe en leur proposant des alternatives économiques sur place, a annoncé vendredi à Niamey le ministre français de l’Intérieur. Du grand n’importe quoi !

Publicités
Posted in: Actualité