CRISE DE CONSCIENCE ? Barack Obama ne croit pas en une « solution militaire » en Syrie

Posted on Mai 16, 2015 @ 18:19

55


Nadia Bilbassy-Charters & Barack Obama

Nadia Bilbassy-Charters (Al-Arabiya) & Barack Obama

Prise de conscience ou hypocrisie ? Du moins, c’est un nouveau tacle à l’encontre de tous les bellicistes, surtout les pays du Golfe et la France de François Hollande. Le président américain Barack Obama a estimé vendredi que le conflit en Syrie ne serait probablement pas réglé avant son départ de la Maison Blanche début 2017, réaffirmant sa conviction qu’il n’y avait pas de « solution militaire ». Le geste est fort, puisqu’il s’exprimait sur une chaîne arabe…

Washington pas responsable ?

Une interview qui survient aussi après que les forces spéciales américaines aient tué Abu Sayyaf, un haut responsable de l’Etat islamique. Ce dernier s’occupait de toute la logistique gaz-pétrole-finance du mouvement terroriste. Sa femme a été aussi capturée lors de cette opération dans l’est de la Syrie. Pour Obama donc, « La situation en Syrie est déchirante mais elle est extrêmement complexe », a-t-il affirmé dans un entretien à la chaîne d’information en continu Al-Arabiya.

Conflit interminable

Interrogé sur la possibilité que ce conflit, qui a fait plus de 220.000 morts, soit réglé avant la fin de son mandat, en janvier 2017, M. Obama répond: « Probablement pas ». « Vous avez une guerre civile qui résulte de tensions anciennes. Ce n’est pas quelque chose qui a été provoqué par les Etats-Unis et ce n’est pas quelque chose qui aurait pu être stoppé par les Etats-Unis », ajoute-t-il, estimant « trop souvent au Moyen Orient, les gens attribuent toutes les responsabilités » à Washington. Mais ce qui est vraiment étonnant, c’est qu’il refuse visiblement d’accuser les pays du Golfe.

Option militaire écartée

Martelant que l’option militaire « ne pourra être la solution », il réaffirme que le règlement du conflit doit se faire en coopération avec les monarchies du Golfe, qu’il vient de rencontrer lors d’un sommet à Camp David, mais aussi d’autres pays de la région comme la Turquie. « Pour résoudre cette grave crise humanitaire, il est plus cohérent pour nous de travailler avec eux plutôt que d’agir de manière unilatérale », ajoute-t-il. Là, le président américain fait preuve d’un grand cynisme et d’une très grande hypocrisie…

Entraînement des rebelles

Les Etats-Unis ont commencé début mai à entraîner un petit groupe de rebelles syriens modérés en Jordanie pour lutter contre l’organisation Etat islamique (EI). Ceci est-il vrai ? Est-ce vraiment pour lutter contre Daesh ou le Gouvernement légitime syrien ? Toujours est-il que l’EI ne fait que se renforcer.

Iran, Yémen et Arabie saoudite

Le président américain a dit qu’il a du respect pour le nouveau souverain saoudien, le roi Salmane. Il dit avoir rassuré ses partenaires du Golfe sur l’éventualité d’un Iran nucléaire, ce qui n’existera pas, selon lui. Ajoutant à propos du Yémen que les Etats-Unis veillent à ce que l’Iran d’arme pas les Houtis. Le président américain accusé de parler de l’Iran avec amour a précisé qu’il pense d’abard au peuple et non à la politique des dirigeants…

Publicités
Posted in: Actualité