CAMEROUN. Patrice Bodo Nouma ou l’histoire d’un faux martyr, imposteur et vrai escroc

Posted on Mai 11, 2015 @ 13:50

3


Retour sur les dernières frasques de Patrice Bodo Nouma, aka « Nous les pardonnons » alias « Ophone », l’inculte qui se prend pour une lumière. Quand on est un homme public, qui plus est, qui dénonce les travers des autres, il faut être irréprochable. Ce triste personnage, escroc à temps plein, transformant « oeil du cyclone » en « oeil (de) cyclone », preuve d’une inculture crasse, se permet d’accuser les autres après avoir pris le soin de cacher ses méfaits. Outre-Atlantique, il se croyait certainement à l’abri. Hélas, il est et restera le tâcheron qu’il est, changement ou pas au Cameroun…Son histoire cousue de fil blanc ressemble à celle d’un pédophile qui change de pays, et se prend pour un défenseur des enfants postulant au poste de directeur d’une école primaire. Ambiance.

Entre amitiés canailles et mensonges

Hélas pour lui, rien, mais vraiment rien ne peut se cacher. De Johannesburg à Paris, en passant par Bruxelles et New-York, nous avons enquêté et nous allons prouver que cet homme n’est qu’un malfrat, qui, pris en tenaille par ses créanciers et ex-amis, est obligé de s’inventer une vie de combattant intègre. Il n’en est rien. Devenu le temps d’une imposture un sans domicile fixe (SDF), sous le prétexte qu’il serait pourchassé par le pouvoir camerounais, il profite ainsi du couvert et du gîte gratuitement chez ses prétendus amis qu’il croit manipuler et qui le manipulent. D’ailleurs, il n’y a pas pire aveugle qu’une personne qui refuse de voir. La mauvaise foi de ses groupies se manifestera…Ils fermeront les yeux, porteront des oeillères et pratiqueront la politique de l’autruche..

Tout compte fait, il n’aura eu besoin de personne pour s’enfoncer dans son enfermement mental de mauvaise foi obsessionnelle. Aiguillée vers l’irrémédiable, rictus aux lèvres, il assène : « bandits de grands chemins, voleurs etc ». Mais, il parle de lui même et non des autres. Même pour des admirateurs un peu myopes, cette sortie hasardeuse fait plutôt pitié. Malgré le tour passe-passe consistant à se faire passer pour révolutionnaire, les pensées paranoïaques et réactionnaires du gugusse ne sont que de la daube. Il n’y a aucun mystère sur cette filiation idéologique. Cette falsification. Ce mensonge abyssal consistant à se faire passer pour patriote.  Anatole France disait:« On croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels et des banquiers ! ». Les « qui » sont ses banquiers et industriels ?

Aux moutons de Panurge qui gobent tout, en réalité, le pedigree mafieux de cet imposteur peut faire un roman de 1000 pages. Mais pour commencer, avant de poursuivre dans des prochaines publications, parlons tout d’abord de la somme de 61.422,90 euros qu’il a escroqué à une vaillante dame, femme de cœur d’expression anglophone et très naïve, qui a cru aux sornettes du mythomane-escroc. Rien ne sert de s’habiller d’oripeaux élogieux pour faire croire qu’on n’est quelqu’un d’autre. Ce que prétend ce sicaire-manipulateur-escroc-arnaqueur et dépouilleur n’est qu’un enfumage savamment orchestré. Un voleur est un voleur. Un pédophile est un pédophile. Placer un maraudeur de mangues sous votre manguier en votre absence, c’est avoir l’assurance qu’il n’y aura plus de mangues à votre retour.

Paris-Bruxelles ou la préparation d’une fuite vers les Etats-Unis

Dans le monde actuel, le mensonge est un outil périmé. Il va, certes, plus vite que la vérité, mais, quand cette dernière apparaît, c’est la fuite. Le repris de justice pour faux et usage de faux et escroquerie, Patrice Bodo Nouma, évite depuis des lustres de m’affronter lors d’un débat. Il sait pourquoi. Tout commence donc à Paris. Nous sommes en septembre 2008 lorsqu’il flaire une bonne affaire rien que par le regard dans un hôtel parisien situé dans le 8e arrondissement près de l’Arc de Triomphe. Il y logeait chambre 665. Il aborde donc Mme Sylvie* en plein déjeûner d’affaires en se présentant comme ex footballeur dont la FIFA a confié la mission de loger les pays africains qualifiés pour le Mondial 2010 en Afrique du Sud. Nous nous sommes procurés les documents attestant de sa présence sur les lieux.

Dès le lendemain, il va rencontrer Mme Sylvie en pleurs. « Madame, je viens de me faire détrousser toutes mes cartes bleues à Chateau-Rouge (Quartier populaire parisien), 13 000 euros en espèces et, comble du malheur, on vient de m’annoncer la mort de ma mère au Cameroun ». Tuer sa propre mère ne lui fait pas peur. C’est ainsi que Mme Sylvie, touchée au coeur, a payé, non seulement sa chambre (1500 euros), mais lui a prêté la somme de 15 000 euros pour se rendre au Cameroun afin d’organiser les funérailles de sa mère. Le lendemain, il lui passe un coup de fil avec un numéro camerounais depuis Paris, la remerciant et lui attestant qu’il était bien arrivé à Yaoundé. En réalité, il a floué la dame car, elle pensait pouvoir récupérer son argent en organisant avec son époux, le projet FIFA véhiculé par le sieur Nouma. Une naïveté qui allait leur coûter très cher.

N’ayant plus de moyens de paiements, selon lui,  il prétexta que la banque de Chine devait lui envoyer incessamment sous peu, la somme de 100 000 euros et qu’il allait rembourser l’intégralité des sommes empruntées. Il présenta même ce courrier traficoté. Mais, toujours vif dans le faux, il trouva un nouveau moyen d’escroquerie, celui de la création imminente, avec des partenaires américains, d’un jeu de cartes aux Etats-Unis nommé « A Coeur Ouvert ». L’homme avait donc besoin d’argent pour se rendre aux Etats-Unis, louer les locaux, créer le site Internet etc. Elle paya son voyage, son loyer etc. Les sommes allouées sont indiquées en dessous. Heureusement qu’elle garde tout et que le filou ne peut justifier ces envois sans se heurter aux autorités dès que le processus sera enclenché aux Etats-Unis dès le mois en cours…

Dans les méandres d’un vol mystique

Mme Sylvie a donc dépensé plus de 60 000 euros, pensant faire de bonnes affaires avec un « homme d’affaires ». Il parlait de tout et de rien, surtout de Dieu, la vraie pépite croustillante dans cette vaste escroquerie qui le rattrapera bientôt… Mais, s’étant rendue compte que rien n’arrivait, Mme Sylvie a donc décidé de prendre le taureau par les cornes pour réclamer son dû. Plainte à Bruxelles et plainte à Paris. Du coup, l’imposteur est fiché dans tout l’espace Schengen. Le moindre déplacement qu’il pourrait effectuer s’avèrerait risqué voire fatal. Il le sait. Plus inquiétant, un cabinet d’avocats américains est en train de prendre les choses en main et les heures du cuistre sont comptées même comme il est introuvable pour l’instant à l’adresse suivante: 1301 Wall Street West Lyndhurst, New Yersey jj 07071 Apt 1113 et évite de prendre les communications sur son portable n° + 1 64 63 22 90 70.

Qu’il est facile de se pavaner avec l’argent volé aux autres et mener grand train ! Revenons sur le décompte des sommes grugées par le voleur qui dénonce les « voleurs » et dont nous avons tous les documents y afférents, nous les publieront bientôt:

Par Western Union :

22-9-2008  480 euros

23-9-2008  3.500 euros

26-9-2008  4.000 euros

6-11-2008    1.000 euros

12-11-2008   4.212,52 euros

26-11-2008   4.000 euros

27-11-2008  5.193,50 euros

28-11-2008  5.000 euros

22-12-2008  4.821 euros

22-12-2008 1.344.50 euros

12-1-2009  1.500 euros

14-1-2009  500 euros

Par Moneygram :

12-11-2008       7.000 euros

25-11-2008       5.125 euros

Cliquez sur l’image pour l’agrandir:

nouma

Excusez du peu. Mais, il est coincé et ne peut nier. Nous avons tous les éléments et publions une partie ce jour et le reste suivra. Convaincu qu’il était à l’abri aux Etats-Unis, il a poussé le toupet en narguant Mme Sylvie dans un mail où il dit qu’il ne l’oublie pas. Le voici (cliquez sur l’image pour l’agrandir):

Mail NoumaMais c’est seulement dès 2013, après avoir fait croire ici et là qu’il était journaliste, ex footballeur professionnel qu’il ouvre simplement, en 5 minutes, une société fictive (clic) en s’appuyant frauduleusement sur un cabinet d’avocat. Ce dernier, dirigé par Mme Roza Marzano, contacté par nos soins, ne connaît même pas l’escroc, ni d’Adam ni d’Eve et veut même le poursuivre pour utilisation mensongère de leur nom. Pire, comme le montre la capture d’écran, il a donné une fausse adresse du cabinet qui se situe plutôt au 750 3rd Ave Ste 911 New York, NY, 10017-2703 et non au 236 W 15TH ST APT 43, NEW YORK, NY 10011-6536.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir:

voyou

(*)le nom de la dame a été volontairement changé

Publicités
Posted in: Actualité