POKER MENTEUR ! Barack Obama et Raul Castro face à face pour la postérité ? Et Maduro ?

Posted on Avr 12, 2015 @ 9:57

18


Raul Castro et Barack Obama

Raul Castro et Barack Obama

Les présidents américain Barack Obama et cubain Raul Castro se sont retrouvés au Panama pour un sommet continental historique voué à sceller le rapprochement entre les Etats-Unis et Cuba après 53 ans d’antagonisme absolu. Dans le même temps, le président américain, craignant les critiques des pays d’Amérique latine, a tempéré mais néanmoins évité publiquement le président Nicolas Maduro du Venezuela…

Barack Obama sur des œufs

Avant l’ouverture du Sommet, la Maison blanche avait indiqué que les deux hommes s’étaient parlé au téléphone mercredi. Il s’agissait de leur deuxième entretien téléphonique après l’échange du 17 décembre ayant précédé l’annonce surprise du rapprochement. Néanmoins, tout ne dépend pas du président américain car, le Congrès a son mot à dire. Les lobbies des vendeurs d’armes, aussi, promptes à faire la guerre pour leur croissance.

Derrière cette rencontre cordiale se cache donc un poker menteur. Cuba est toujours soumis à un embargo injuste. D’ailleurs, Raul Castro n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour réclamé haut et fort la levée des sanctions américaines contre son pays. Tout reste donc à faire…Le président cubain Raul Castro a qualifié samedi Barack Obama d' »homme honnête » et souhaité « une décision rapide » de Washington sur le retrait de Cuba de la liste américaine des pays soutenant le terrorisme.

Selon de nombreux observateurs, ce sommet ne portera ses fruits qu’au prix d' »un effort prolongé » de la diplomatie américaine. L’histoire de l’Amérique latine ne se retourne pas en une rencontre, comme l’illustrent les discours de M. Maduro et de la présidente argentine Cristina Kirchner, qui ont vertement critiqué les positions américaines. Obama piégé, a été obligé de dire que le Venezuela ne menace pas vraiment la sécurité des Etats-Unis. Il a pu s’entretenir en coulisses avec Maduro. Il a assuré que l’intérêt des Etats-Unis « n’est pas de menacer le Venezuela mais de soutenir la démocratie, la stabilité et la prospérité au Venezuela.  » Qui peut croire en ces mots ?

Raul Castro et Barack Obama

Raul Castro et Barack Obama

Les déclarations de Barack Obama

– En Assemblée plénière :
. La nouvelle politique américaine envers Cuba « marque un tournant pour l’ensemble de la région ».
. « Le fait que le président (Raul) Castro et moi soyons assis ici aujourd’hui représente un événement historique ».
. « Jamais les relations entre les Etats-Unis et l’Amérique latine n’ont été aussi bonnes ».

– En point-presse conjoint :
. « L’histoire entre les Etats-Unis et Cuba a été compliquée ».
. « Je pense qu’après 50 ans de politique inchangée de la part des Etats-Unis, il était temps d’essayer quelque chose de nouveau ».
. « Evidemment, il y aura encore de profondes et significatives divergences entre nos deux pays ».
. « Nous allons continuer à mentionner nos préoccupations à propos de la démocratie et des droits de l’homme ».
. « Avec le temps, il est possible pour nous de tourner la page et développer une nouvelle relation entre nos deux pays ».
. « Je veux remercier le président Castro pour son esprit d’ouverture et sa courtoisie au cours de nos échanges ».
. Un rapprochement Cuba/USA « aurait un impact positif dans tout l’hémisphère ».

– En conférence de presse seul :
. « Ce fut une conversation franche et fructueuse (…) Nous avons des visions très différentes sur la manière dont la société devrait être organisée. Et j’ai été très direct avec (M. Castro) ».

Les déclarations de Raul Castro

– En Assemblée plénière :
. « On m’a informé au début que je pouvais faire un discours de huit minutes (…) Mais ils me doivent six sommets dont j’ai été exclu, (donc) six fois huit, 48 ».
. « Nous avons déjà exprimé, et je le répète à présent au président Barack Obama, notre disposition à un dialogue respectueux et à la co-existence civilisée entre nos deux Etats malgré nos profonds différences ».
. « Le président Obama est un honnête homme ».
. « Je considère comme un pas positif sa récente déclaration disant qu’il prendrait rapidement une décision sur la présence de Cuba sur une liste des Etats soutenant le terrorisme si laquelle elle n’aurait jamais dû figurer ».
– En point-presse conjoint :
. « Nous avons pratiquement la même position que M. Obama, y compris concernant les droits de l’homme, la liberté de la presse ».
. « Nous avons déjà dit à nos amis américains que nous sommes prêts à discuter de tous les sujets (…) (concernant) Cuba, mais également les Etats-Unis. Je pense que tout peut être mis sur la table ».
. « Quand je dis que je suis d’accord avec tout ce qu’a dit le président (Obama), cela inclut que nous avons des désaccords. Personne ne doit se faire d’illusion. Il est vrai que nous avons beaucoup de divergences ». . « Nous allons continuer à nous rencontrer pour rétablir nos relations. Nous allons rouvrir nos ambassades ».
. « Nous voulons parler de tout, mais nous devons être patients, très patients (…) Nous pouvons être aujourd’hui en désaccord sur quelque chose sur lequel nous serons d’accord demain ».

Publicités
Posted in: Actualité