TERRORISME. Irak: L’incroyable Yom Kippour de l’otage décapité par l’EI, Steven Sotloff.

Posted on Sep 3, 2014 @ 22:38

78


Le Yom Kippour est également appelé le Jour du Grand Pardon. C’est  une fête juive considérée comme la plus sainte de l’année juive. Le journaliste américain Steven Sotloff, juif pratiquant, ex du journal Jérusalem Post, a rusé pour pouvoir faire les rites de cette fête. 

Observé le dixième jour du mois de tishri, en terre d’Israël comme en diaspora, le jour représente la culmination d’une période pénitentielle de dix ou quarante jours selon qu’elle est inaugurée à Roch Hachana ou au mois d’eloul. Il a lieu, selon les années, en septembre ou en octobre dans le calendrier grégorien.

Outre un chômage et un jeûne complets, Yom Kippour est marqué par d’autres rites de mortification. Cinq offices de prière, de nombreuses compositions liturgiques, confessions et autres coutumes dont le jeûne de la parole viennent renforcer l’atmosphère austère et solennelle du jour.

Mais, face à des geôliers extrémistes et n’ayant qu’une vision sectaire de la religion, Steven Sotloff a usé de subterfuges pour pouvoir pratiquer sa religion. Outre le fait qu’il avait la chance de manger halal, puisque l’islam avec la nourriture halal n’est pas si éloigné que ça de la nourriture cacher, il s’est nourri tant bien que mal.

Outre le fait que, pendant sa capture il n’a jamais révélé qu’il était israélo-américain par crainte pour sa vie néanmoins prise, Steven Sotloff tombait expressément malade pour faire son Yom Kippour. Ainsi, il échappait à la vigilance des islamistes. Un parcours brisé par la faute des dirigeants occidentaux qui fricotent avec ces extrémistes…

 

Posted in: Actualité