ANALYSE MILITAIRE. Ukraine (Donbass): une situation très difficile pour les insurgés

Posted on Août 13, 2014 @ 14:25

68


alexPar Alexandre Sivov

 

___________________________________________________________________________________________________

PTRD-41

PTRD-41

La situation au Donbass n’est pas rose. Depuis le 1 juillet, suite à l’avancée… lente mais incessante de l’armée ukrainienne, les insurgés ont perdu un tiers de leur territoire. Coté Kiev, tout l’arsenal de l’ex-URSS, a été méticuleusement préparé pour la… troisième Guerre Mondiale. Coté insurgés, des armes rouillées, récupérées, volées ou achetées au marché noir. Un exemple parmi tant d’autres, les insurgés ont pris, dans les musées de guerre, des fusils archaïques PTRD dits «antichars», utilisés pendant la guerre entre 1941 et 1945, qui fait rire les experts contemporains.  

Chutes de Slaviansk, Kramatorsk et Artiomovsk.

Debaltzevo, ville stratégique, est tombée alors qu’on parlait de la présence des fameux casaques venus de Russie qui la protégeaient. La rumeur raconte que, à la vue des cars de Kiev, ils s’enfuient sans se battre. Et, semble-til, ce n’est pas la première fois. Toute la Russie s’en moque depuis, de ces «casaques» désormais surnommés «les pantins déguisés».

Pire encore, la fameuse contre-offensive annoncée par Bolotov, dirigent de Lougansk, pour reprendre les villes de Severodonetsk et Lisitchanck, s’est soldée par un échec cuisant…

L’autre secteur stratégique, celui de Saour-Mogila était prise par l’armée ukrainienne, qui a utilisé des gaz toxiques pour sa reconquête.

La victoire sur un groupe de soldats ukrainiens encerclé au sud, avec la prise d’armes lourdes en assez grande quantité, a, quelque part, fait passer le pilule. Après de lourds combats, les insurgés ont néanmoins réussi à résister en gardant le contrôle de Krasnyi Loutch.

Les américaines ont vite réagi à la saisie par les insurgés d’armes lourdes. En retour, ils ont livré à Kiev un canon très sophistiqué et de haute précision avec téléguidage des obus, le M777. Cette arme pourrait anéantir tout avantage des rebelles, malgré cette nouvelle possession d’armes lourdes. Mais, à une condition, que l’armée ukrainienne en décrépitude, sache utiliser correctement cette arme. Sur ce point,  il y a les doutes mais, la présence des instructeurs américains serait un plus…

Une autre mauvaise nouvelle pour Novorossia, c’est la livraison à Kiev d’un engin antichar dernier cri, dit de troisième génération, le FGM-148 Javelin. Ces livraisons secrètes ont été dévoilées par les partisans opérant dans la région de Kharkov. Ces derniers avaient détruit une colonne d’armement et découvrirent un camion dans lequel il y avait des Javelin. Le premier essai, à cause du manque d’expérience à son maniement a eu lieu contre une cible stable : un dépôt de carburant de 1000 tonnes près de Kharkov. Les deux Javelin ont atteint leur cible. L’autre essai a eu lieu sur une route. L’autoguidage infrarouge a aussi permis au missile de détruire le moteur du camion militaire. Verdict des insurgés : bon missile ! Notons aussi que, c’est le missile antichar le plus cher jamais produit. son coût: cent mille dollars pièce.

Mais pourquoi les insurgés n’utilisent-ils pas  le fameux Kornet russe , un missile antichar un peu obsolète de deuxième génération ? Ne les ont-ils pas ? Les Kornet sont bel et bien stockés en Russie. Les insurgés sont donc obligés d’utiliser de vieux fusils ou le fameux PTRD-41. Cette arme qui demande de la force, avec ses balles de 14,5 mm peut parfois briser l’épaule d’un tireur pas assez costaud. Sont-ils fous ces insurgés, d’utiliser des PTRD par nostalgie ? N’aiment-ils pas utiliser des armes modernes ?

Posted in: Actualité