UKRAINE -RUSSIE. Donbass : aide humanitaire fantôme russe et coup de gueule anti-Poutine

Posted on Août 12, 2014 @ 17:38

64


 alexPar Alexandre Sivov
_____________________________________________________________________________________________________
Pavel Dremov

Pavel Dremov

Sur Euronews aujourd’hui, j’ai encore vu des camions de l’aide fantôme russe qui est soi-disant en route pour le Donbass. Dapuis trois mois déjà, on nous parle de « l’aide », mais, sur place, rien. l’aide est toujours fantôme. A l’exception de quelques dizaines de camions avec des munitions pour l’artillerie: « economisées » par les officiers russes pendant les grandes manoeuvres, et marquées comme « utilisées » qu’ils font passer sans l’accord du Kremlin illégalement dans le Donbass.

Les chefs de milices du Donbass sont furieux contre Vladimir Poutine qui les a abandonné. Leurs discours sont violents: « Les hôpitaux russes acceptent les blessés ukrainiens, pour les faire revenir au front. Mais pour les insurgés du Donbass passés en Russie, c’est un calvaire. On leur refuse tout, parfois même des opérations ! Nous mourront en Russie car n’ayant pas d’aide médicale ! Quel bordel, quelle hypocrisie satanique ! Quelle guerre bizarre ! »…etc, sont leurs mots…

L’un d’eux, dans la vidéo en dessous dit toute son amertume dans une interview. Il s’agit de Pavel Dremov, chef des insurgés de Pervomaisk et Stakhanov

Ce discours fait dans une langue simple et dure, sans langue de bois, parfois entremêlé de jurons russes a fait un buzz et un choc en Russie. il accuse directement les Russes d’avoir trahi le Donbass. C’est un énorme scandale sur l’Internet russe.

 

S’adressant à la Russie et au monde:

« Hier (il y a quelques jours, ndrl) l’armée ukrainienne a bombardé un marché faisant 22 morts. Même les animaux n’attaquent pas leurs proies dans l’abreuvoir. L’armée a pilonné le marché quand les gens sont sortis des leurs caves ou ils se protégeaient, alors qu’ils voulaient acheter du pain. Et on les a attaqué là, à l’arme lourde. »

« J’ai vu hier une vielle femme de 87 ans, que nous voulions évacuer. Elle nous a crié : « Donnez-moi une Kalachnikov, c’est mieux. » Dans le même temps, j’ai rencontré un jeune homme de 24 ans de forte corpulence qui avait besoin d’aide. Pense-t-il que quelqu’un d’autre hormis lui va protéger sa propre maison ? »

« Il suffit de croire en Vladimir Poutine. Les promesses à profusion de sa part. Une mer de promesses ! Nous ne demandons plus à la Russie de nous aider, nous demandons maintenant de ne pas nous empêcher de faire notre guerre. »

« Nous n’avons pas une goûtte de gazole dans deux villes. Nous avons rassemblé l’argent de la population, 400 mille grivna (25 mille euros). Nous les avons échangé en roubles russes avons rempli deux camions d’essence. […] Nous achetons tout par nous-mêmes.[…] »

« Apparemment, en Crimée, il y a des Russes de première zone et ici, ceux de seconde zone ? Et, je veux bien savoir quand est-ce que ça va finir ce bordel en Russie ? »

« Chez nous, tout est écrasé par les pilonnages. Il n’y a pas d’électricité, pas d’eau et les gens bagarrent pour se procurer de l’eau potable, quand nous le leur livrons. »

S’adressant à Kiev:

« La Russie nous a aidé ? C’est le parlement ukrainien qui raconte ces bobards de l’aide russe et affirme même que c’est la Russie qui attise ici, la situation… »

« Aujourd’hui, une femme est venue vers moi. Elle à neuf enfants. Elle ne reçoit plus rien de Kiev et par conséquent, elle n’a plus rien pour nourrir ses enfants. Nous l’avons aidé grâce à l’aide humanitaire que nous recevons des sources privées. Les vielles femmes viennent à nous, puisqu’elles ne reçoivent plus leurs retraites depuis Kiev. Bon, je suis «terroriste»? Kiev a monté à mon encontre 18 affaires judiciaires tirées par les cheveux. Mais pourquoi punissez-vous les vielles femmes ? Ce sont-elles qui se sont battues pour ce pays. Vous,  dirigeants  ukrainiens, vous en profitez et elles, non. »

« Bientôt, votre armée va comprendre contre qui elle fait la guerre et va se retourner contre vous. Kiev était plein de voleurs avant et, ils sont restés. Rien n’a donc changé. Ahmetov s’en est allé et Kolomoiski est venu. Vit-on mieux ? »

« Nous, contrairement à votre armée, nous ne recevons pas d’argent. Vous étiez les « héros » de Maidan, sans pour autant protester et restant dans vos cuisines. Et bien soldats, dites ce que vous pensez du pouvoir de Kiev. Vous allez tous crever sous ce pouvoir-là. Mieux vaut mourir en liberté, que vivre en esclavage sous Kiev. »

« Nous faisons la guerre contre vous et elle va se prolonger. Vous parlez tout le temps de la Russie. Si la Russie vous combat, votre armée dégradée va se désagréger en une journée. Vous ne savez pas mener une guerre. Nous, avec seulement 300 hommes réussissons à tenir ici deux semaines et demi durant, contre vous. Quelle arme n’avez vous pas encore utilisé ici ? Les avions, les roquettes Grad, les missiles balistiques, le pilonnage par l’artillerie lourde. Celà vous a-t-il vraiment aidé à faire même un vrai pas en avant ? Vous êtez des poltrons et ne savez que mener la guerre qu’à distance. Est-ce quelqu’un de vous peut sortir contre moi en face à face dans un champs ? »

C’est dit !

Alexandre Sivov

Posted in: Actualité