ALERTE INFO ! Les Femens, expulsées de leur « QG », menacent (enfin) d’enlever le… bas chez…

Posted on Juil 1, 2014 @ 18:55

21


…Anne Hidalgo

Femen agressant un prêtre dans son église.

Femen agressant un prêtre dans son église.

Elles nous avaient habitué à enlever le haut pour un oui ou pour un non, surtout, pour des combats de pacotille dévalorisant la femme. Cette fois-ci, la main sur le coeur, dans un combat…dit légitime, elles s’apprêtent à se battre jusqu’à leur dernière goutte de sang en envoyant une lettre à Anne Hidalgo, maire de Paris. Pourquoi ne pas occuper les locaux de la Mairie ou alors manifester nues devant l’édifice ?

Hier, la justice a décidé d’expulser les Femen de leur « quartier général », établi illégalement dans les locaux d’une usine de traitement des eaux à Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine (92). Le tribunal d’Asnières-sur-Seine a prononcé leur expulsion « sans délai » de ce local et les a condamnées à payer la somme de 7 398,94 euros, pour l’utilisation de l’électricité. Elle avait occupé le bâtiment après l’incendie qui a ravagé notre quartier général du Lavoir Moderne Parisien il y a un an.

De quelle légitimité peuvent se réclamer ou se prévaloir ces filles ? Voici un extrait de leur lettre adressée à l’édile parisienne:

Madame Anne Hidalgo,

Après l’incendie qui a ravagé notre quartier général du Lavoir Moderne Parisien il y a un an, vous nous aviez envoyé un courrier de soutien, nous exprimant vos sentiments féministes et solidaires face à ce terrible événement.

Pour vous les choses ont bien changé, vous êtes devenue la première femme à la tête de la Mairie de Paris. Une victoire pour les femmes en politique! Mais pour nous l’histoire se répète et nous nous retrouvons une seconde fois à la rue. C’est donc nous, les Femen, qui vous adressons une lettre aujourd’hui.

La décision de justice concernant notre nouveau QG de Clichy la Garenne vient de tomber comme un couperet: expulsion sans délai, avec intervention des forces de l’ordre, assorti d’un commandement de payer des frais exorbitants: 8898,94 euros, pour d’hypothétiques frais d’électricité. Un jugement d’une triste sévérité alors que nous occupons un bâtiment vide depuis 8 ans et voué à l’être encore 4 ans.

Pour les causes des autres, de fausses causes surtout, elles enlèvent le haut. Pour leur propre cause, elles rédigent (font rédiger) des courriers. Il aurait fallu que le bas soit enlevé, non ? Deviennent-elles raisonnables ou alors sont-elles coincées parce que leur combat a surtout irrité les vrais féministes ?

Posted in: Actualité