CAMEROUN. Presse: Naissance d’un nouveau magazine multicarte: Chap Chap Mag

Posted on Juin 1, 2014 @ 23:13

4


Chap Chap

YAOUNDE, Cameroun – Chouette et rechouette, un nouveau magazine culturel, sportif, de santé et d’économie, avec une pointe de philosophie, fera son apparition dès demain dans les kiosques. La publication baptisée Chap Chap Mag paraîtra une fois par mois. Il proposera des textes à l’écriture soignée, sur tous les sujets socioculturels, avec en plus un penchant pour la vulgarisation d’un idéal camerounais, celui d’un monde nouveau qui se veut unique en son genre.

Le descriptif officiel de Nouveau projet montre bien qu’il s’agira d’un «catalyseur» d’essais, de reportages et de critiques, mais aussi d’un point de rassemblement des forces vives du Cameroun des années 2000, qui cherche à susciter et à nourrir la discussion publique, tout en posant sur notre époque un regard curieux, sincère et approfondi. Le premier numéro (photo) présente en une, la nouvelle étoile de la musique bikut-si, Mani Bella, mère du tube « Pala Pala », ainsi que le précurseur du rap camerounais, Stanley Enow et son inoubliable « Hein Père ».

Joseph Dzene, universitaire et  infatigable défenseur de la culture camerounaise dirige le chantier éditorial du magazine Chap Chap Mag depuis des mois. La liste de collaborateurs a été arrêtée. Elle a de la gueule et représente l’ensemble des 10 régions du Cameroun et au-delà de nos frontières, notamment ici, à Paris.

>>>Rejoignez-nous sur Facebook

>>>Suivez-nous sur Twitter

Ce modèle repose sur la diversification des sources d’information. Un condensé de la bonne presse. Ce projet semble cacher plusieurs autres créations et activités culturelles originales qui graviteraient donc autour du magazine. Le fondateur parle d’une révolution. Comment en serait-il autrement quand on sait qu’il est entièrement en couleur, fait avec du papier glacé de surcroît ? Une grande première au Cameroun.

L’équipe de fondation et éditoriale se donne les coudées franches. Maintenant, pour la (sur)vie du magazine, il faut aller vers les annonceurs mais surtout surfer au-delà des revenus publicitaires en faisant un travail très professionnel et de qualité, puis faire payer les gens pour cette qualité-là. Vendu 500 francs CFA (moins d’un euro), il trouvera preneur. Les abonnements sont ouverts. Nous souhaitons à ce nouveau venu, une grande réussite dans le monde des médias, et surtout longue vie…

Pour la route, nous vous faisons (re)découvrir Stanley Enow.

Site Interne: http://chapchapmag.com (en construction)

Posted in: Actualité