AFRIQUE. Guinée Conakry (Législatives): Alpha Condé, de la démocratie à la dictature ?

Posted on Oct 15, 2013 @ 14:34

39


Alpha Condé

Alpha Condé

Alpha Condé, 75 ans, est entrain d’humilier l’Afrique. Arrivé au pouvoir en 2010 d’une façon quelque peu étrange, après un premier tour qui donnait 43 % à l’ancien premier ministre Cellou Dalein Diallo et 18 % à Condé, ce dernier allait voir tous les autres candidats battus, rallier sa candidature au second tour. Président élu avec 52,5 % des suffrages expriméstout le monde pensait que l’homme, vieil opposant, allait changer la donne politique, en permettant une pacification de fait et l’instauration d’une bonne gouvernance... Hélas, après trois ans au pouvoir, rien n’a changé.

La critique est aisé. Quand Alpha Condé était opposant, combien de fois n’a-t-il pas critiqué les anciens présidents guinéens, de Sekou Touré à Lansana Conté pour finir avec Dadis Camara, le fanfaron ? Aujourd’hui, en mettant en avant son ethnocentrisme abscons et profitant d’une population analphabète en majorité, il se transforme peu à peu en dictateur. C’est le comble. La Guinée est désormais un volcan qui peut entrer en éruption à tout moment. L’opposition et même les observateurs ont vu des fraudes massives, suite aux élections législatives du 28 septembre dernier.

Mais, Alpha Condé est entrain de tout vérouiller. Pour ce scrutin, il est impossible qu’il gagne, vu son échec de ses trois ans passés à la présidence. Alors, il fait tout pour retarder la proclamation des résultats. Une vraie honte pour une personne qui a été élue démocratiquement et qui est incapable de suivre le mouvement. Pire, il menace les Guinéens, s’ils protestent demain ou dans un futur proche après la proclamation des résultats qui n’arrivent toujours pas. Une façon de dire qu’il aurait gagné… De son côté, l’opposition qui dénonce des fraudes s’est retirée du comité de suivi et appelle toujours à l’annulation du scrutin. Et pour cause.

Pour un pays d’à peine 11,1 millions d’habitants, même si tout le peuple avait voté, il est impossible que les résultats soient ainsi retardés. C’est trop criard pour constater qu’il y a une fraude massive qui se prépare. D’ailleurs, les représentants de la communauté internationale au sein du comité de suivi du processus électoral ont tiré la sonnette d’alarme, avant-hier, dimanche, sur ce retard abscons de l’annonce des résultats des législatives en Guinée 17 jours après la tenue du scrutin. Excusez du peu, 17 jours. Ce retard prouve bien qu’il a perdu et il tente de contrefaire les procès-verbaux…

Pauvre Afrique !

Posted in: Actualité