RASAGE – AUDIO. Manuel Valls dans les pas de Nicolas Sarkozy, un remake incestueux et nauséabond

Posted on Août 14, 2013 @ 21:59

10


Christiane Taubira et Manuel Valls en septembre 2012, lors de l'émission Des paroles et des actes. © Bertrand Langlois / AFP

Christiane Taubira et Manuel Valls en septembre 2012, lors de l’émission Des paroles et des actes. © Bertrand Langlois / AFP

Obnubilé par les sondages, Manuel Valls est grisé par les éloges. Comme l’autre, venant d’une mairie de banlieue, comme l’autre aussi, l’un du 9-2, dans les Hauts-de-Seine, l’autre du 9-1, en Essonne, mais, pas la même étoffe. Nicolas Sarkozy avait la particularité d’être, au-delà de ses fonctions ministérielles, le leader incontesté de la droite. Quant à Manuel Valls, enfumé par les sondages qui ne veulent plus rien dire, il vit un rêve éveillé qui risque de se terminer très vite en eau de boudin lorsqu’on mettra enfin un œil sur son véritable potentiel. Rien ne sert de courir, il faut partir à point, même comme le matin, au réveil, en se rasant, on pense à Matignon ou l’Élysée. Entre Sarkozy et lui, c’est le jour et la nuit. Un, le premier, est un vrai homme de droite, l’autre, en revanche, n’est ni de droite ni de gauche. Il fait un peu comme la droite mais, avoir le cul entre deux chaises n’a jamais porté bonheur.

Quand on sait comment la présidence Sarkozy s’est terminée, il sera impossible aux Français de faire confiance à un gesticulateur-manipulateur déloyal qui, n’a même pas terminé ses études universitaires. Ce ne sont pas les moyens qui manquaient par ailleurs. Ce n’est pas non plus, le parangon de Pierre Bérégovoy, ancien premier ministre de François Mitterrand, un autodidacte qui maîtrisait ses dossiers. Le cas Valls, lancé par Lionel Jospin comme conseiller à Matignon, et ensuite propulsé par François papa « Mali » Hollande comme ministre de l’Intérieur sans avoir fait ses preuves. La Place Beauvau grise tellement certaines cervelles que, c’est un piège à con. Rien qu’à voir comment il patauge telle une mouche dans la bouse, se mêlant de tout et de rien, ce ministre-là, sincèrement, m’inquiète plus que tout.

Comme Nicolas Sarkozy, l’ancien roitelet élyséen, il fait de la com’ à outrance et s’affiche dans les médias avec sa musicienne ou chanteuse de femme. Mais, pire, il poignarde dans le dos ses collègues. Ce qu’il vient de faire avec la Garde des sceaux est proprement malhonnête, mesquin et hypocrite. D’après le quotidien du soir, le ministre de l’Intérieur aurait fait parvenir le 25 juillet une note à François Hollande. Manuel Valls y exprime son désaccord avec la réforme de la justice pénale voulue par Christiane Taubira. « J’attire votre attention sur les désaccords mis en lumière par le travail interministériel qui s’est engagé récemment autour du projet de réforme pénale présenté par le ministère de la Justice », écrit-il. Pour le premier flic de France et de Navarre, c’est une méthode de voyou…Flic mais ripoux ?

>>>> Rejoignez-nous sur Facebook

De nous dire que Matignon est neutre, c’est du foutage de gueule. Titrer comme Le Figaro l’a fait ce matin, « Entre Taubira et Valls, la guerre est déclarée » c’est de la désinformation. Il y a un agresseur et une agressée. Pourquoi ne pouvait-il pas s’adresser à sa collègue ? Pourquoi interpeller le président de la République, si ce n’est pour créer la zizanie et tirer la couverture de son côté ? Cet homme est dangereux. Certains le soupçonnent même de mettre sur écoute tous ses adversaires. Comme l’autre quoi ! Franchement, c’est vraiment à gerber! Majoritairement, les magistrats sont pour la réforme de Taubira. Quand à l’autre, en faisant ainsi du zèle, il met à nue le manque d’autorité du président, qui ne s’est, me semble-t-il, manifestée que contre une femme, en l’occurrence, Delphine Batho .

Si cette réforme est trappée, juste pour le bon vouloir de Manuel Valls qui marche sur les plates-bandes de sa collègue de la Justice, la logique serait qu’elle démissionne. D’ailleurs, si c’est le cas, ce sera aussi la preuve que François Hollande fait du Sarkozy sans Sarkozy, puisque sa réforme phare sur les peines plancher (La peine plancher ou peine minimale est une peine incompressible imposée par la loi, notamment en droit anglo-saxon) menée par Rachida Dati, franchement, tous ceux qui ont voté pour lui, avec le but essentiel de se débarasser du virevoltant hongrois de Neuilly/Seine, le voltigeur de la destruction de la France…

 

Posted in: Actualité