SOCIÉTÉ. De la folie à la férocité blanche et/ou occidentale

Posted on Jan 9, 2013 @ 11:34

71


férocité blancheDans les différentes manifestations de la folie des hommes, on peut noter celle qui consiste à faire croire à certains qu’ils sont supérieurs à d’autres. Ils dictent, accusent, menacent, suggèrent, tuent et promettent le pandémonium aux autres. Est-ce bien raisonnable dans un monde où tout le monde est capable de tuer comme eux? Ceux qui se sont liés avec les terroristes wahhabo-salafo-djihadistes et terroristes en Libye, hier, et récemment en Syrie, le savent, donner la mort est un jeu d’enfant, acte criminel et puéril réservé aux faibles. Alors, s’habiller d’oripeaux élogieux, se couvrir du manteau de la vertu alors qu’on tue 80 000 civils en Libye, près du million en Irak et contribuer à la destruction de la Syrie n’est pas héroïque, c’est la poursuite irréfragable du comportement passé du führer, Adolf Hitler…Le règne depuis des lustres de génocides, de vols, de tueries, de viols, etc.

Tout peuple a un instinct de survie et par conséquent, prendre des mesures de destruction massive avec la complicité de ce machin qu’est l’ONU pour aller terroriser des communautés entières sans défense, ne peut que causer des dégâts irréparables. Même lors du dernier soupir d’un homme, quel qu’il soit, il y a comme une force surnaturelle qui l’envahit et peut l’amener à tuer ceux qui tentent de l’achever. Donc, ceux qui estiment être les « rois du monde » doivent comprendre qu’aujourd’hui, les choses ont changé et qu’ils devraient être respectueux des autres, de la nature humaine, et surtout de l’homme dans sa quintessence. La première des civilisations étant de balayer devant chez soi pour ne pas indisposer les autres. Un monde idéal n’existera jamais. Or, les « qui » veulent mettre sur la table une société parfaite uniquement chez les autres ? Surtout pas ceux qui pensent que ce monde leur appartient…Leur schème de pensée est resté au moyen-âge et ils pensent encore à une mission civilisatrice.

Hélas, c’est sans doute trop leur demander car, sûrs de leur supériorité dans la terreur, ils pensent pouvoir régir le monde par la force et le façonner dans leur moule dictatorial. Le mot est lâché. Peut-on accuser une personne de dictature ensuite par un diktat -donc dictature-, lui demander de partir ? Les « qui » sont vraiment les vrais dictateurs ? La démocratie universelle n’existe pas et n’existera jamais. Alors, vouloir imposer son point de vue à tout le monde comme le fait l’Occident c’est de la dictature, la vraie, celle qui ne porte pas de gant. Avec une violence inouïe, tout est imposé aux pays dits « faibles ». Et, lorsqu’il y a une petite résistance, alors, tous les noms d’oiseaux et les accusations les plus fantaisistes les unes que les autres pullulent dans leurs médias. Pas besoin de vous faire un dessein, les exemples sont légions.

L’Occident s’arroge le droit, au nom de la sacro-sainte démocratie à sa sauce hypocrite, de tuer, de piller, d’avilir et de martyriser les peuples qui ne pensent pas comme lui. L’Occident n’exigera jamais par exemple qu’il y ait une démocratie au Qatar, au Koweit ou en Arabie saoudite, et fermera les yeux sur la répression dans ces contrées qui le maintiennent, lui, le grand corps malade, sous perfusion, à coup de milliards de pétro-dollars. Alors, pourquoi vouloir imposer la démocratie aux autres pays ? Si les dirigeants occidentaux étaient vraiment des démocrates, ils n’allaient pas s’impliquer dans les affaires intérieures des autres pays ou soutenir des terroristes pour déstabiliser le Moyen et le Proche-orient.

Leurs agissements dictatoriaux laissent penser que tout le monde devrait s’habiller de la même façon, en portant les mêmes vêtements, boire la même boisson alcoolisée, la même mixture sucrée, manger la même nourriture aux OGM, etc. Et pourtant, quand ces peuples veulent accéder au même traitement au sein des Institutions internationales à la botte de ces « grands », c’est une fin de non-recevoir et des camouflets qu’ils reçoivent. Quand Bozizé, le président de la république centrafricaine demande à ses « cousins » français de lui porter secours, il s’appuie sur les accords de défense. Qui le relève ? Mais, sur les accords monétaires dont certains chefs d’État africains demandent l’abrogation, là, c’est non. Pourquoi ?

Dans une dialectique essentiellement morbide et mortifère quand ils parlent des autres, les occidentaux s’autoproclament saints. Quand ils tuent, c’est pour la civilisation, l’œuvre civilisatrice qui a conduit le monde dans la pire des dictatures, celle de l’exploitation des hommes par les hommes, durant plus de 400 ans. Il s’agit de l’esclavage que ces gens veulent restituer, en Côte d’Ivoire, au Mali, en Libye, et en Syrie. Quand le président syrien Bachar al-Assad parle d’ »esclaves » pour désigner les djihadistes à la botte de l’Occident qui combattent en Syrie, il a raison. En effet, Quand l’Occident pille les continents, c’est pour le développement soi disant du monde, le « bien être de tous », dit-il. Quels sont les bisounours qui croient encore à ces salmigondis ? Autant d’expérimentations qui aboutissent toujours au pire mais, les mêmes persistent et signent, sans vergogne, dans leurs basses œuvres et d’assassinats à haute échelle…

Comme toujours, les esprits chagrins diront que c’est une attaque en règle contre l’Occident. Il n’en est rien, puisque j’y vis. En revanche, sachant que c’est la seule contrée au monde construite sur le sang des innocents, il faut avoir l’honnêteté intellectuelle de le reconnaître. En mettant un peu d’eau dans leur vin, les dirigeants occidentaux sauveront peut-être quelque chose. A défaut, s’ils restent empêtrés dans leur suffisance, ils se rendront bientôt compte que le monde a changé…

Posted in: Actualité