Libye : Entre chaos et déficit budgetaire abyssal de 2,2 milliards de dinars

Posted on Nov 22, 2012 @ 22:40

17


Mouammar Kadhafi

Mouammar Kadhafi

Les Libyens se demandent aujourd’hui qui ou ce qui a bien pu les mettre dans cette position détestable. Tout va mal, l’insécurité ici est au même titre qu’en Afrique du sud. Il n’y a pas de justice ni de liberté. Vous avez dit démocratie ? 

Après plus de deux mois, l’enquête que la Libye mène sur l’attaque contre le consulat américain à Benghazi semble piétiner. Des hauts responsables de sécurité n’ont jamais été questionnés. Aucun suspect n’a été nommé et des assaillants qui ont été vus en train de participer à l’attaque se promènent librement dans les rues de Benghazi. L’enquête stagne en partie à cause de la peur de représailles de miliciens extrémistes.

Farag al-Fazani, un jeune commandant d’une force de sécurité libyenne qui était responsable de protéger le consulat américain au moment de l’attaque du 11 septembre, confie qu’il voit des militants qu’il reconnaît de la nuit fatidique. Ils le reconnaissent aussi, dit-il, expliquant qu’il reçoit des menaces par téléphone. Il affirme que personne ne peut le protéger.

Le chef de la sécurité de Benghazi, Fradj al-Dersi, a été assassiné mardi soir par des inconnus dans cette ville de l’est libyen, siège de la révolte anti-Kadhafi. Il avait occupé des postes de responsabilité sous le régime de Mouammar Kadhafi, dont celui de chef de l’organe de lutte contre la drogue, avant de rejoindre les renégats contre l’ancien raïs, dès ses débuts en février 2011. C’est le prix de la trahison…

Un rapport publié par le département des opérations de la Banque Centrale de Libye affirme que le déficit budgétaire s’élève à 2,2 milliards de dinars. Ledit document s’appuie sur la période allant du 1er janvier 2012 au 31 octobre 2012. Or, dans le même temps, les recettes pétrolières s’élevaient à 55 milliards de dinars. Le rapport indique que les revenus du pétrole total et le dinar Libyen ne couvrent pas les éléments du budget général. Les fonds auraient été utilisés pour le financement de médicaments, des produits alimentaires, le carburant, l’assainissement de l’eau (dessalement) et tutti quanti.

De l’esbroufe pour couvrir le vol, la rapine, aussi, nouvelles marques de fabrique des nouvelles autorités qui n’avaient pas hésité à dire urbi et orbi que le frère Guide Mouammar Kadhafi n’utilisait l’argent des revenus pétroliers, que pour sa famille et lui. Et eux alors ? Les Libyens n’ont pas encore pleuré Kadhafi. Ca va être pire dans les années à venir. Sous Kadhafi, il n’y avait aucun SDF en Libye. Aujourd’hui, ils pullulent. Sous Kadhafi, chacun avait un revenu minimum. Aujourd’hui, il faut travailler pour avoir des sous. Sous Kadhafi, presque tout était gratuit. Aujourd’hui, tout s’achète. Sous Kadhafi, il n’y avait ni dette ni déficit. Aujourd’hui, c’est le lot de la Libye…démocratique. Cherchez l’erreur !

Posted in: Actualité