KHARTOUM (Soudan) : Israël viole (encore) le droit international mais, aucune indignation.

Posted on Oct 25, 2012 @ 22:12

14


Israël s’est arrogé (encore) une fois le droit d’aller bombarder un pays souverain. Jouant les gendarmes tout en violant outrageusement toutes les règles des Nations unies, il ne sera pas condamné. Il suffit qu’il brandisse son sempiternel…pour que tout le monde se taise. Puis, quand dans la plupart des pays du monde les peuples diront que c’est le pays le plus dangereux du monde pour la pays sur la planète terre, les cris d’orfraie seront entendus jusqu’au bout du monde. Mais, est-il acceptable de réagir ainsi, parce que simplement on se croit tout permis ?

 Il est important, lorsque l’État d’Israël viole le droit international, de parcourir la presse française et outre-atlantique. Dans un silence assourdissant, ce sont plutôt des justifications qui culminent en lieu et place des indignations qui seraient la logique et le bon sens pour la paix mondiale. Pour atteindre Khartoum, Israël a traversé probablement la mer Rouge ou des pays comme l’Egypte pour commettre son forfait. La question est de savoir si ce dernier a donné son accord ou simplement son espace aérien a été violé. Le Figaro se demande pourquoi les chasseurs bombardiers de l’armée de l’air israélienne ont-ils effectué, dans la nuit du mardi 23 au mercredi 24 octobre, un raid sur Khartoum, détruisant une usine de munitions, dans la zone industrielle de Yarmouk ? Ensuite, s’en suit un chapelet de justifications.

Comment peut-on, quand un tel incident se produit, d’écrire que c’est un avertissement pour l’Iran ? Comment peut-on, quand un pays viole le droit international, dire que c’est parce que Khartoum et Téhéran ont signé un accord militaire ? Comment peut-on, alors que la paix mondiale est menacée, dire que c’est pour couper l’axe Téhéran-Hamas-Sinaï-Khartoum ? Il faut donc qu’Israël aille aussi bombarder le Qatar pour être plus logique, au lieu de s’arrêter à Yarmouk. 

Pas vu, pas pris ? Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré jeudi qu’Israël n’avait rien à avoir avec l’explosion dans une usine d’armes à Khartoum. Qui alors ? Israël n’a pas de commentaire officiel à faire sur l’événement, a-t-il souligné lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre italien Mario Monti à Jérusalem. Le ministre de la Défense Ehud Barak a réitéré la réponse de M. Netanyahu, lors d’une interview accordée à Channel 2 News qu’il n’y a « rien à dire » sur l’explosion.

Quant on sait que les autorités israéliennes considèrent le Soudan comme un « état terroriste et dangereux », il n’y a pas de doute à avoir. Les autorités soudanaises ont appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies à condamner Israël pour l’attaque, dans laquelle deux personnes ont perdu leurs vies. Même pas en rêve !

Tagué: , ,
Posted in: Actualité