JO-Jamaïque : Usain Bolt, Yohan Blake, Michael Frater et Nesta Carter jalousés ?

Posted on Août 15, 2012 @ 13:25

28


Bolt, Blake, Frater et Carter

Bolt, Blake, Frater et Carter

Il y a comme une odeur de soufre, comme une odeur de jalousie; comme un vent nauséabond, comme une folie douce, qui s’emparent des autorités sportives, incitées par des médecins qui voient leurs thèses sur les limites humaines, infondées. Bientôt, elles interdiront aux Jamaïcaines de faire l’amour en leur imposant des infibulations ? C’est ainsi qu’on a appris, hier, que, après les performances exceptionnelles de ses sprinteurs durant les JO de Londres, la Jamaïque risque bien d’être davantage dans le viseur des instances de lutte contre le dopage…

Malgré tous les contrôles anti-dopage durant les jeux, les Jamaïcains sont donc soupçonnés de manger des bébés avant chaque compétition, de consommer, comme ce fut le cas, un temps, des Chinois, une soupe à la tortue ou de champigons. Pourquoi pas du ganja et/ou marijuana voire du « banga » comme on dit au Cameroun, avec des résidus des cheveux de Bob Marley, puisque c’est sa styliste de fille, Cedella Marley, la deuxième des onze enfants de la légende jamaïcaine du reggae, qui a confectionné les tenues des sportifs Jamaïcains pour ces Jeux Olympiques de Londres. Soyons sérieux.

Est-ce parce que les Etats-Unis, grande nation de sport sont surpassés au sprint qu’on va faire tout un pataquès sur les performances des Jamaïcains ? A propos des afro-descendants, les Jamaïcains n’ont pas connus tous ces mélanges qu’on peut voir aux Caraïbes. Il y en a eu mais très peu. Ce sont les Africains les plus coriaces qui arrivaient sur les côtes atlantiques et par conséquent, la sélection qui était rude ne peut que produire des descendants aussi forts. Il n’y a pas d’autres explications plausibles. 

Cedella Marley et Usain Bolt

Cedella Marley et Usain Bolt

Depuis qu’ils ont conservé l’or olympique du 4×100 mètres aux Jeux Olympiques de Londres, tout en battant leur propre record du monde, les relayeurs jamaïcains, Usain Bolt, Yohan Blake, Michael Frater et Nesta Carter attisent donc une suspicion qui n’a pas le droit d’être. C’est encore une falsification des instances de lutte contre le dopage. On peut comprendre cette petite jalousie, la sortie ridicule de Carl Lewis, quand on constate que, le roi du sprint, Usain Bolt, devenu au passage le premier athlète à réaliser deux fois le triplé 100 mètres-200 mètres-4×100 mètres à quatre ans d’intervalle, n’a pas sa langue dans sa poche. Il risque bien d’être plus surveillé que les autres sprinteurs à l’avenir…

Petit décryptage  en vidéo :

Bonne fête de l’Assomption !

Posted in: Actualité