Gilles Jacquier assassiné par les renégats Syriens: nous l’avions dit le 20 janvier 2012 [vidéos]

Posted on Juil 18, 2012 @ 0:02

141


Gilles Jacquier

A trop vouloir accuser le régime de Bachar Al-Assad, les anciennes autorités françaises viennent de voir leurs thèses foireuses mises à nue. Hélas, avec la même dynamique, les nouvelles autorités françaises, en caniches assumés de Washington, ne dérogent pas à la règle. Nous étions les premiers à dénoncer le bidouillge de France 2 sur la mort de Jacques Jacquier, son grand reporter, dans un article intitulé [Info Allain Jules ] Gilles Jacquier: bidouillage d’Envoyé Spécial. C’était le 20 janvier 2012. Dans cet article, nous dénonçions les méthodes cavalières des médias occidentaux avec le témoignage d’une archéologue syrienne, S.F, et grâce à la récupération, par nos contacts syriens impartiaux, des vidéos que France Télévisions avait tourné et ensuite trappé, pour faire porter le chapeau de la mort de Gilles Jacquier au Gouvernement syrien. Et là, surprise, hier, Le Figaro épouse ce que nous disions il y a….6 mois. Ambiance.

INFO LE FIGARO – Le grand reporter français, tué en janvier par l’explosion d’un obus à Homs, aurait bien été victime d’une bavure des forces rebelles.

Gilles Jacquier est bien mort d’un tir d’obus lancé par les rebelles de Homs, qui visaient un quartier alaouite pro-régime où se trouvait le journaliste de France 2, le 11 janvier dernier. «Les analyses balistiques et les renseignements recueillis sur place par nos sources juste après le drame indiquent que Jacquier a été tué d’un tir d’obus de mortier de 81 mm venu d’un quartier sunnite rebelle, déclare au Figaro une source proche du dossier au ministère de la Défense à Paris. Des analyses montrent assez précisément la source du tir.» «Tous les services spécialisés (DCRI et DGSE notamment, NDLR) sont d’accord sur cette conclusion», précise cette source.

Que disions-nous le 20 janvier en postant ces vidéos ? 

Voici un reportage « oublié » par Envoyé Spécial diffusé sur France 2. Triturer le trait, mentir, faire de la propagande n’est pas du journalisme. Or, c’est un opposant syrien qui s’exprime dans cette vidéo , expliquant réellement ce qui s’est passé sur place mais, Envoyé Spécial l’a trappé, acceptant la version officielle, pour ne pas parler des bandes armées.

 

Mais, c’est la famille de Gilles Jacquier qui va apprécier. La justice française parle de bavure. Oui, une bavure des rebelles syriens, dit-elle. On croit rêver. Parler de bavure est un non-sens mais bien la preuve que la lutte armée des renégats de l’ASL est validée pr l’Occident qui les arme par ailleurs. Il est vrai que Gilles Jacquier s’est rendu en Syrie avec beaucoup d’à-priori, ce qui explique sa fin tragique. Il doutait de la version du régime syrien qui parlait de bandes armées. Alors, a-t-il été manipulé par le Gouvernement français précédent ? Tout est possible.

 
Publicités