Afrique-Europe: De la falsification historique à la falsification symbolique

Posted on Juil 7, 2012 @ 0:01

16


Création de la styliste Oumou Sy

Créations de la styliste Oumou Sy

« Femme noire, femme africaine, ô toi ma mère, je pense à toi […] », comme le disait Camara Laye dans son poème « l’Enfant noir », j’ai envie de rendre hommage aux femmes noires et africaines qui, cet été, sont en réalité à la mode mais, sans elles.  La nouvelle escroquerie tendance à l’encontre de l’Afrique vien du monde la mode. Non content d’avoir falsifié l’histoire de l’Afrique, en voulant faire croire que l’Egypte antique n’est pas à l’origine de toutes les civilisations, aujourd’hui, la mode occidentale s’empare des traditionnels tissus africains. Sans vergogne, nulle part, on ne mentionne que l’ensemble est d’inspiration africaine. un point posiitif, certains filles africaines qui avaient honte de porter ces vêtements rabattrons désormais leur caquet en voyant leurs soeurs occidentales les porter... »Il faut rendre à César ce qui appartient à César ; et à Dieu ce qui est à Dieu. »

La tendance vestimentaire actuelle des stars et starlettes d’Hollywood, de Paris ou de Londres est au Wax. Vous savez, ces tissus bariolés qui font chanter les couleurs et très prisés par les femmes noires, les femmes africaines. Ces boubous épiques, d’une beauté certaine, ces robes brodées au fil d’or, avec cet art africain milllénaire, font les podiums du moment, les festivals et sont dans nos rues. Souvenez-vous, en 2005, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, lors de la mort de deux jeunes adolescents à Clichy-Sous-Bois, Zyed et Bouna, électrocutés suite à une course-poursuite policière, avait reçu les parents des victimes. L’ex roitelet élyséen s’était fendu d’une déclaration immuable, critiquant le port, par le père de Bouna, d’origine malienne, d’un boubou, alors que dans la tradition ouest-africaine c’est une tenue d’apparat.  Pour Sarkozy, il ne voulait pas s’intégrer, comme si tous les Européens qui vont en Afrique se mettent à porter des boubous.

Voici ce que Sarkozy avait déclaré:

“j’ai reçu le père d’un des deux jeunes victimes de Clichy…il est venu habillé en boubou et il ne parlait pas bien le Français…”

Bref, ce post n’est pas une chronique du racisme républicain qu’incarna Nicolas Sarkozy durant près de 10 ans mais, une dénonciation des mamamouchis de la mode, qui se muent en pyromanes de la culture africaine. En effet, vous ne lirez nulle part que ces tenues sont d’inspiration africaine. La seule chose qui ressort des articles de mode, en parfaits zigue-zagueurs que sont les journalistes, c’est le mot ethnique. Ainsi, ici et là, on nous annonce que les stars adoptent le look ethnique. Mais, qu’est-ce à dire ?

Les déclinaisons ne manquent pas, dans un procédé lexical incestieux relevant de l’épicène. On parle aussi de « tendance tribale » mais, au lieu de dire « destination Afrique », avec ces robes de chez Burberry, Dior ou Vuitton, certes asymétriques ou de « touche rock »-encore leur version-,  différentes des boubous traditionnels africains, il y a quelque chose qui cloche. De nombreux stylistes africains ont depuis fait ces modèles d’aujourd’hui, avec toujours ces tissus WAX. Il y a d’ailleurs aujourd’hui des escarpins conçus avec ces tissus.  De manière paradoxale aussi, certains journaux parlent de « hippie-chic ». Cherchez l’erreur ! Mais moi, je vous embarque pour l’Afrique, avec ce diaporama !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.