#Italie : une bombe a explosé devant un lycée à #Brindisi. Un vrai carnage [vidéo]

Posted on Mai 19, 2012 @ 13:18

17


Une lycéenne est morte et sept personnes ont été blessées dont deux sont dans un état critique.

L’explosion d’une bombe devant un lycée, à Brindisi, au sud de l’Italie a fait un mort et sept blessés. Une lycéenne a succombé à ses blessures et « deux autres élèves sont dans un état critique ». La mort d’une deuxième lycéenne a été annoncée dans la matinée avant d’être démentie par l’hôpital. La jeune fille se trouve en effet dans un état très grave mais stable, a précisé l’hôpital, démentant des informations données auparavant par la police.

Des explosifs dissimulés dans des sacs

L’explosion s’est produite vers 7h45, à l’heure où les élèves entraient dans l’enceinte du lycée professionnel Francesca Morvillo Falcone, du nom de la femme du célèbre juge anti-mafia, Giovanni Falcone. Une bombe avait été placée dans un conteneur placé à proximité du lycée, selon les premiers éléments donnés par les forces de l’ordre.

D’après le site du journal Repubblica, il y a eu en réalité deux explosions. Les engins auraient été reliés à des bonbonnes de gaz et placés dans des sacs à dos, dont un dans le conteneur.

La ou les déflagrations se sont produites à l’heure où les élèves arrivaient dans l’établissement, ouvert le samedi matin comme la plupart des lycées en Italie. Les carabiniers et la police ont établi rapidement un périmètre de sécurité autour du lycée et des artificiers sont sur place.

Voici les images après l’explosion diffusées par un site d’information locale :

Un lien avec l’attentat du 23 mai 1992 ?

L’attentat n’a fait l’objet d’aucune revendication dans l’immédiat. Cet attentat à la bombe est un évènement « complexe » aux modalités « pas habituelles » qui présente des « anomalies », a estimé la ministre italienne de l’Intérieur Annamaria Cancellieri.

« Les hypothèses sont nombreuses et aucune ne nous donne de certitude », a-t-elle déclaré. Estimant qu’il faut « rester prudent », la ministre a toutefois admis être « fortement frappée » par le fait que le lycée des jeunes filles visé portait le nom du juge anti-mafia Giovanni Falcone et de sa femme Francesca Morvillo, tués dans un attentat à la bombe en Sicile il y a près de 20 ans.

Des médias ont en effet fait le rapprochement avec le 20e anniversaire de l’attentat du 23 mai 1992 qui tua le juge Falcone ainsi que sa femme et leurs trois gardes du corps. La mafia sicilienne avait fait exploser au passage de leur voiture 500 kg de dynamite enterrée sous l’autoroute entre l’aéroport de Palerme et le centre-ville.

Source: Europe 1