Affaires DSK : Michel Taubmann, hagiographe putatif, menteur et fou.

Posted on Déc 2, 2011 @ 10:18

17


Michel Taubmann

Quand DSK lui-même désavoue les écrits de cet homme, peut-on encore parler de vérité dans la dialectique morbide et mortifère de Michel Taubmann qui ne sait plus à quels saints se vouer depuis le naufrage de l’homme fini politiquement ? Justifier l’injustifiable, c’est le retour des temps obscurs, malgré des faits reconnus par la justice concernant les agressions sexuelles dont ont été victimes d’une part Tristane Banon, et d’autre part Nafissatou Diallo ressemblent de plus en plus à de la folie.

Oser publier qui plus est une daube romancée sur fond de mensonges éhontés, justifiant par la même la libido stupide de DSK face à l »’aguicheuse » Nafissatou Diallo, relève de la psychiatrie.  En son temps, Martin Luther King avait fait un rêve, celui de voir les noirs et les blancs, en Amérique, se tenir par la main. Quant au rêve chimérique de Taubmann, qui rêvait sans doute du maroquin de la communication sous DSK président, il découvre ses illusions perdues.

Le chevalier blanc de la cause strauss-kahnienne, malgré sa DSK-idôlatrie, a perdu aussi de sa superbe. DSK lui aurait dit d’arrêter ses délires. Sur sa théorie du complot, étranges ramassis d’approximations et d’accusations délirantes à l’encontre de Nafissatou Diallo, on découvre un homme, qui, comme une larve, patauge dans la bouse. La sienne. Or, comment l’éditeur n’a pu relever la contradiction entre le discours de DSK qui parle de relation consentie-encore un mensonge-, et le récit tarabiscoté de Taubmann ?

C’est vrai que l’affaire DSK peut rendre riche, tellement, les gens surfent sur la vague. Mais, mentir pour se faire du fric sur le dos des crédules, vraiment, il faut arrêter le massacre. Ce Michel Taubmann a besoin d’une bonne thérapie pour s’en sortir. Sa torpeur au soir de l’arrestation de DSK à New-York est encore très présente.