Libye – Sarkozy et BHL dans le bourbier libyen

Posted on Avr 2, 2011 @ 7:16

70


Les entartés

La guerre BHL-Sarkozy ou Sarkozy-BHL c’est selon, est entrain de tourner en eau de boudin. L’OTAN a finalement désavoué les velléités guerrières de Barack Obama le prix Nobel de la guerre, de Nicolas Sarkozy son pendant français, et du fou à lier du 10 Downing Street, David Cameron. Ces va-t-en-guerre voulaient armer les renégats de Benghazi, dindons de la farce des coalisés mais le commandement de l’OTAN a dit non.

Du coup, piégés, nos trois larrons -nonobstant le fait que Barack Obama a menti à son peuple en envoyant sur place des éléments de la CIA-, ne savent plus à quels saints se vouer. Et, considérant que sur le terrain, nos trois amateurs avaient sous-estimés le poids militaire du colonel Mouammar Kadhafi, à coup de propagande à trois balles, ici ou là, ils croient détenir un trophée en la personne de Moussa Koussa qui aurait fait désertion mais, la vérité est ailleurs. Ce dernier n’est qu’un prisonnier aujourd’hui, et ses prises de positions n’ont jamais été de son fait contrairement aux affirmations estimant qu’il serait la « boîte noire » -dixit les médias  mainstream qu’on assène à qui veut l’entendre sur le coup dur porté au régime de Kadhafi. Tout se passe sur le terrain et le reste n’est que verbiage vaseux.

Ce qui est plus étonnant, malgré la reculade effective des voyous de Benghazi mâtiné à la sauce Al Qaïda pourtant appuyés par l’aviation des coalisés, en coulisses, se négocie actuellement un cessez-le-feu. Ah, certains avaient vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Mais, nos insurgés disent qu’ils cesseront de combattre à certaines conditions. C’est d’autant plus pathétique et triste à la fois, dans la mesure où leur légitimité est mise en cause puisqu’ils sont obligés de s’appuyer sur un apport extérieur pour tenir tête au colonel dont il n’y a eu aucune vraie défection sur le plan militaire. Refus logique  de celui-ci. Ces derniers exigent que les troupes kadhafistes se retirent des villes reprises par eux. Trop fort.

Toute honte bue, de voir Nicolas Sarkozy, plus connu désormais sous le sobriquet du général Pinocchio aller parader du côté de Tokyo, il y a de quoi bien rire. Rire de bon cœur. Et que dire de Botul le philosophe des causes indignes et toujours à géométrie variable ? Rien. Il est parfois difficile de comprendre ceux qui, consciemment, aiment le sang des autres. Le voir couler semble leur donner une jubilation particulière, ils jouissent avec, à défaut de satisfaire sexuellement leur femme, petite amie ou compagne.

Bientôt, les journalistes serviles et obséquieux qui pullulent dans nos médias seront bien obligés de dire la vérité. L’échec libyen sera un boomerang pour ceux qui ont osé aller faire une guerre sans objet, ridicule et insolente. Le bourbier est là, le cimetière regorgera de nouvelles tombes. Hélas, ces dernières seront les sépultures des enfants d’autrui, pas des leurs.

Kadhafi est debout et nos deux entartés se rebiffent !