Côte d’Ivoire – Laurent Gbagbo, l’exil ou la mort

Posted on Mar 31, 2011 @ 9:27

14


Hier, tout ce que je mentionnais sur le post intitulé «  Côte d’Ivoire- Scoop: Laurent Gbagbo aurait fui«  s’avère juste. Il n’y a que le fait qu’il se serait réfugié dans l’Ambassade sud-africaine qui n’a pas été confirmée. Toujours est-il que, hier, il devait s’adresser à la Nation ivoirienne et n’a pu le faire sans raison évidente. Là, je me réveille un peu groggy et je découvre dans ma boite mail, des messages insultants à mon égard, envoyés par ma modératrice qui les a viré illico presto, alors que je n’ai fait qu’informer….au conditionnel.

Sur la crise ivoirienne, je suis parti d’un postulat simple: qui a gagné ? Après avoir épluché les chiffres, vu le report des voix au second tour, il s’est avéré qu’il était impossible pour le candidat Laurent Gbagbo de remporter cette élection, n’en déplaise aux esprits chagrins et par conséquent, contrairement aux affirmations des uns et des autres, je n’ai jamais soutenu un seul des candidats mais la vérité. Faut-il rappeler que la « victoire » du sortant n’a pu se faire qu’après une forfaiture du Conseil constitutionnel ? Passons.

Qui peut gérer un pays d’une seule ville ? Sans avoir la main mise sur l’économie ? Sans pouvoir nommer un ambassadeur ? Sans….Sans…? Ce serait une grande première. L’avancée des forces pro-Ouatarra est telle que, aujourd’hui, il ne reste que deux solutions à Laurent Gbagbo: l’exil ou la mort. Que va-t-il choisir ? Considérant que ses partisans évoquent Dieu, faut-il leur rappeler que le Très-Haut est un Dieu de vérité et non l’inverse ? C’est ainsi qu’il est risible de lire les prophéties de certains prophètes de malheur, qui font croire aux croyants qu’ils parlent avec Dieu.

« Un exilé n’a plus d’amis, et ce malheur est bien cruel que l’exil » disait Théognis de Mégare. Mais, dans le cas d’espèce, à qui la faute ? L’honnêteté intellectuelle ne me sera jamais reprochée. Laurent Gbagbo n’est pas Mouammar  Kadhafi. Même la presse pro-Gbagbo, notamment Le Temps (Clic), n’a pas hésité à me citer sur le dossier libyen, faisant le distinguo entre leur aveuglement gbagbiste et un combat juste. Certains ne sont pas allés de mainmorte en me brocardant, jusqu’à me promettre la mort. D’autres m’ont accusé de soutenir Sarkozy que j’exècre pourtant. Mais, si Sarkozy dit que Didier Drogba est Ivoirien, ce qui est vrai, dois-je, sous prétexte que je le combats, dire que ce joueur est Camerounais, Burkinabé ou je ne sais quoi encore ? Passion n’est pas raison, le premier mot étant déraisonnable. Sachons donc raison garder.

les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) n’ont pas rencontré de fortes résistances dans les villes où elles sont passées. Les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ayant déserté massivement les postes à leurs arrivées. Ceci montre bien que tout s’écroule, malgré une certaine propagande. Les carottes sont cuites et, même un baroud d’honneur, consistant à dire que les combats ou le combat final sera fait à Abidjan, serait un véritable suicide. Les caciques du régime, selon nos informations ici à New-York, auraient déjà demandé la vie sauve à Alassane Dramane Ouatarra, qui a accepté, en précisant qu’il n’y aura pas une chasse aux sorcières, même pour Laurent Gbagbo. Une humiliation perceptible pour le boulanger qui s’était cru invincible.

Nous apprenons, à l’instant, que des troupes sont entrain d’entrer à Abidjan, sans aucune résistance. Notons que le quartier de Abobo est depuis sous contrôle du « commando invisible » qui a défait les FDS. Gbagbo n’a plus de pouvoir. Le western est sans doute terminé mais je suis triste pour la Côte d’Ivoire !

Allain Jules depuis New-York: il est 4h du mat’