Ségolène Royal relève le Parti Socialiste.

Posted on Sep 10, 2010 @ 10:18

19


François Fillon a préféré fuir le débat avec la foudre Ségolène Royal et le foudre de guerre de la vérité. Encore une fois très convaincante, juste dans le propos et offensive, la présidente du Poitou-Charentes a simplement relevé le niveau du Parti socialiste. Ne comptez surtout pas sur nous pour parler des deux éditocrates ridicules qui ont eu l’outrecuidance de s’acharner encore sur Ségolène Royal qui parlait pourtant au nom du Parti socialiste. Ils l’ont oublié les cancres du journalisme de caniveau.

« La réforme de François Fillon,  c’est la réforme du Medef », a-t-elle asséné avec justesse.

Elle a jugé que « seuls les salariés » allaient payer et que « les plus pauvres », les plus fragiles « et même les malades » allaient être les plus touchés. Une vérité difficile à entendre pour la droite, d’où la fuite du premier ministre qui a préféré prendre la poudre d’escampette. Une répartition équitable des richesses est insupportable pour la droite et les partisans de l’injustice. On sait de quel côté sont les menteurs avance avec force et justesse Ségolène Royal, qui a mis en exergue le projet socialiste.

La liberté de prendre sa retraite à 60 ans: Ségolène Royal a magistralement expliqué le pseudo argument du Gouvernement qui veut jouer sur un fait accompli. « Si la réforme est adoptée, nous aurons le système le plus sévère d’Europe » a-t-elle précisé. Répondant à une question de Jean Boissonat elle a précisé : « solennellement je vous dis oui, nous rétablirons l’âge légal de la retraite à 60 ans ».

Toutes les phrases chocs.

– « 25 milliards d’euros, c’est le montant estimé des fraudes fiscales des plus riches. Il faut 30 milliards pour les retraites ».

– « Les Français veulent que les sacrifices et les efforts soient répartis équitablement ».

– « En France, l’âge effectif de départ à la retraite est de 61,5 ans ».

– « La durée de cotisation est la plus longue d’Europe, 41 ans en 2012 ».

– « On travaille déjà plus longtemps, plus intensément ».

– « La pénibilité est parfaitement identifiable ».

– « La réforme de François Fillon, c’est la réforme du MEDEF ».

– « Pourquoi on ne fait pas participer les bonus, les stock-options ? »

– « Au coeur du projet des socialistes, il y a l’idée que les Français devront faire des efforts. Les riches devront payer en fonction de leur richesse. Aujourd’hui, c’est le contraire qui est fait ».

>>> Visionnez la vidéo