Francophonie: Calixthe Beyala en force mais…

Posted on Août 16, 2010 @ 12:45

13


…Les attaques se multiplient contre la dame d’honneur. Son crédo, ne pas en tenir compte. Mais, que ne vont-ils pas inventer ? En manque d’argument, ses détracteurs font les poubelles. La calomnie, la jalousie et l’envie faisant le reste, c’est à dire se substituant à la raison et à la vérité. Celle qui a eu le courage de se lever pour postuler au poste de Secrétaire général de la francophonie suscite en ce moment, des attaques au ras des pâquerettes, entre diffamation et mensonge éhonté. Heureusement que la majorité et les peuples francophones ne s’y prêtent pas, à ce jeu morbide et ridicule…

C’est ainsi qu’on peut lire ici ou là, des articles commis par des prétendus journalistes en manque de publicité, qui n’hésitent pas à s’attaquer à la vie privée. Des attaques ad hominem salaces, obscènes. Pire, en mentant, tout en faisant de grossiers panégyriques à l’honneur de ses détracteurs. Du grand art, du journalisme de caniveau publié, qui, dans des blogs lus par deux personnes, qui, dans des papiers de choux inconnus. Or, pour peu qu’on jette un oeil sur la genèse de cette Institution (Francophonie), c’est une émanation culturelle, un fait d’écrivains francophones pour la promotion de la langue française, qui a ensuite vu les politiques y adhérer…

Nul ne peut douter de la capacité de cette femme à mener les hommes ou à engager des combats qu’elle a toujours réussi avec bravoure. Son aura et son charisme indéniables, ne peuvent que concourir à son succès sans faille à l’OIF. S’en prendre à une personne qui veut faire évoluer les choses, aider les peuples en coordination avec les Gouvernements aidera indubitablement la Francophonie, géant aux pieds d’argile et endormi, à sortir des salons feutrés. Quelle belle idée de Calixthe Beyala que celle qui contribuera « à rendre l’Europe plus humaniste et surtout à apprendre à l’Afrique le sens des responsabilités étatiques. » ? Qui dit mieux ?

Derrière les salmigondis des uns et des autres se cachent l’incapacité d’agir. Dans un assemblage disparate et confus. Il y a plutôt en face, donc, cette envie du statu quo, à défaut, un ramassis d’idées aussi saugrenues les unes que les autres. La preuve, l’incohérence qui accompagne leurs supposées actions sur le terrain, réduite en une constante inauguration des chrysanthèmes. Non, la Francophonie a besoin d’un coup de fouet. Aujourd’hui, la plupart des pays ne s’est pas trompée. Sur les 56 Etats membres, il y a plus de la moitié qui apportent leur soutien à Calixthe Beyala qui, sauf miracle, ne peut pas perdre face à son rival, qui devrait s’appliquer à lui-même, l’alternance tant vantée par cette Institution qui parle démocratie. Deux mandats de 4 ans, ça suffit !

Mais, Mme Beyala attend toujours l’aval de……………Paris pour lancer sa campagne. C’est un paradoxe…..et c’est le MAIS.