Woerthgate: cul-de-sac gouvernemental et diversions.

Posted on Juil 16, 2010 @ 7:31

15


Nicolas Gogol écrivait dans « Les âmes mortes » en 1942 : Seules quelques fenêtres commençaient à s’éclairer , tandis que les ruelles et les culs-de-sac servaient de théâtre aux scènes et aux conversations coutumières à cette heure. C’est une étrange coïncidence, non ? Il y a d’abord le prénom Nicolas, ensuite, le nom Gogol. L’expression « quel gogol celui-là » a pour but habituellement de se moquer d’une personne qu’on imagine avoir des carences intellectuelles.

Le plaisancier élyséen va-t-il se jeter dans la Seine ou alors il faut que sa barge tangue à l’extrême ? De défendre bec et ongles des intérêts divergents peut s’avérer désastreux. L’Élysée refuse dans son autisme de s’attaquer aux racines du mal. Alors que la Cour des comptes a rendu hier son rapport annuel, on apprend selon le journal Libération que le chef de l’État veut faire du Obama. Ce n’est pas dit comme ça mais, l’homme veut changer sa com’. Il veut investir…..le NET. On parle même de storytelling. Une téléréalité style loft en direct de l’Élysée ?  Coût estimé: 120 millions d’euros…

Souvenez-vous, dans un passé pas très lointain d’ailleurs, le Woerthgate avait fait dire à tous les psittacidés du Gouvernement, que l’Internet était l’ultime syncrétisme de la violation de la démocratie. Aujourd’hui, grande contradiction, ces maîtres ès art en falsification viennent sur le Net. Une déferlante d’autant plus hypocrite qu’ils savent très bien qu’ils ont toujours menti sur leurs attaques à bras raccourcis à l’encontre du Net.

Le Woerthgate que l’Élysée veut éteindre passe donc par tous ces actes de diversion. Il faut parler d’autre chose. Et pourtant, les gardes à vue, hier, de quatre proches de Liliane Bettencourt, qui se poursuivent ce matin, risquent plutôt de faire tomber la République. D’une affaire familiale, on est au coeur des pratiques les plus secrètes de la France. En effet, le fonctionnement des partis politiques, les enveloppes kraft, l’évasion fiscale, les intimidations, font dire à certains observateurs que Liliane Bettencourt est victime d’un racket étatique. Vous connaissez les protagonistes.

Souvenez-vous aussi de l’entretien que Nicolas Sarkozy a accordé à France 2, interview réalisée par le plus servile des journalistes, David Pujadas. Nicolas Sarkozy avait notamment déclaré que sous son ministère et maintenant sa présidence, les questions de sécurité avaient connu une baisse considérable. Or, selon nos informations, le nombre de voitures brûlées ce 14 juillet s’élèvent à plus de 1500 véhicules incendiés. L’an passé, le chiffre était de…1147 voitures. Il ne fallait donc pas que le roitelet soit désavoué. Pour le condamné pour racisme, c’est pour éviter une concurrence entre villes.

Je laisse la conclusion de ce petit billet à Tonton David qui nous chantait Sûr et Certain en 1994, tube tiré de son album « Allez leur dire ».