Cameroun: Calixthe Beyala reçoit la Légion d’honneur !

Posted on Juil 14, 2010 @ 13:47

20


Calixthe Beyala et Franz-Olivier Gisbert le jour de sa décoration

Calixthe Beyala et Franz-Olivier Gisbert le jour de sa décoration

Loin des jeux avec tambours et trompettes de ceux qui estiment être « quelqu’un » comme on dit, tous ces clowns de la scène Internet que personne ne connaît, invités nulle part, et dont la portée médiatique ne se résume qu’à des forums ou des listes de diffusion lus par 3 personnes où ils aboient, l’écrivain franco-camerounaise Calixthe Beyala, vient d’être récompensée pour son oeuvre, devrais-je dire, pour son immense oeuvre, de la prestigieuse décoration dite Légion d’honneur. Promotion du 14 juillet 2010.

Un prix vraiment mérité pour cette femme généreuse, ouverte et toujours prête à aider. Il faut effectivement la connaître pour pouvoir témoigner. Sa porte, toujours ouverte, aux faibles et aux indigents est, le coeur d’une mère, seul et unique refuge quand on est perdu, un paradis terrestre. Un lieu d’écoute et de réconfort…

Calixthe Beyala et Claude Imbert (Le Point)

Calixthe Beyala et Claude Imbert (Le Point)

La très belle Calixthe Beyala, femme d’honneur, altière à souhait, dont la plume résonne depuis 25 ans, et qui vient d’entrer dans le monde très sélect de la réalisation, avec sa production haute en couleurs d’un documentaire sur Manu Dibango présenté sur France 5 (Un tempo pour l’Afrique), entre dans la légende. Je vois déjà des esprits chagrins nous parler de médaille en chocolat. De fouiller les poubelles. De tenter de diaboliser. Le chien aboie, la caravane passe !

Très peu de Camerounais et/ou bi-nationaux peuvent se targuer d’une telle reconnaissance. La promotion de ce 14 juillet 2010 a été publiée au Journal Officiel et cette année, dans le monde artistique et littéraire, on ne peut que se réjouir de voir cette grande dame  recevoir la précieuse médaille, comme Chevalier…

La critique étant aisée, les professionnels du « choquage », partisans du moindre effort, aiment bien s’en prendre aux personnalités connues pour se faire entendre et surtout, se faire remarquer. Normal donc, puisqu’ils surfent honteusement sur les noms de ces gens qui, eux, comptent….

Vivement cette dame au Secrétariat général de la francophonie !