Eric Woerth, démission !

Posted on Juin 24, 2010 @ 10:17

41


© Le Journal des Femmes / Agathe Azzis

C’est sûr, à moins d’une crise de conscience de l’intéressé, d’un coup de théâtre de ce Gouvernement de grand-guignolesques, d’une prise de responsabilité réelle du roitelet élyséen, Éric Woerth, le nouveau caïd ne démissionnera pas.

Ah, caïd n’est pas approprié sans doute me direz-vous. Mais alors, de quel droit la ministre de triste mémoire de la grippe A H1N1 se permet-elle de traiter les footballeurs de caïds ? C’est quand même hallucinant que la schtroumpf -c’est sans doute préférable-, avec sa gestion hasardeuse de la grippe, pharmacienne faut-il le rappeler, se soit ainsi plantée. Pourtant, après avoir utilisé l’argent du contribuable sans honte,  elle a été maintenue à ce Gouvernement de bras cassés. Le coût de la grippe A se situerait dans la fourchette de 850 millions et 1,3 milliard d’euros.

Revenons au bonimenteur Éric Woerth. Il dit ne être au courant de rien et pourtant, d’après les enregistrements de Médiapart, il a fait recruter sa femme par la société Clymène. Elle est chargée de gérer la fortune de l’héritière de L’Oréal, Liliane Bettencourt. Le patron de Clymène, Patrice de Maistre, a eu une médaille désormais en chocolat: la Légion de déshonneur anciennement Légion d’honneur. Décoré en plus par Éric Woerth. C’est le hasard dit-il mais, qui peut croire à cette mesquinerie ?

Toute la presse, sport, people, politique, généraliste est tombée à bras raccourcis sur les Bleus. Trop noir à leur goût. Mais, qu’ont-ils faits vraiment de pire, lorsqu’on sait que ce Gouvernement abrite un ministre condamné pour racisme ? Des gens qui, s’il y avait quelque chose d’humain, de morale en eux,  ça se saurait et ces sans-gênes raseraient les murs. Que dire de la décision de France Inter de virer Didier Porte et Stéphane Guillon ? Démocratie de pacotille et République bananière de fait.

Non mais, franchement, Éric Woerth nous prend pour des cons. Une certaine presse aussi. Souvenez-vous des déclarations de ce monsieur alors ministre du budget. Il avait annoncé que le fisc était en possession d’une liste de 3.000 résidents fiscaux français détenant des comptes non déclarés en Suisse, dont les noms avaient été obtenus auprès d’informateurs non rémunérés et de deux banques installées en France ayant livré des noms dans le cadre d’un contrôle fiscal. Étonnant, non ?

On sait aujourd’hui que l’enfumage sur le fameux héros national de 2009, Éric Woerth après cette annonce politique, s’inscrivait simplement dans un marketing viral. Quelle honte ! Donc, pour lui, la liste des 3000 tricheurs, plutôt 8000 d’ailleurs, il n’y avait pas le nom de Liliane Bettencourt qui reconnait qu’elle a dissimulé 80 millions d’euros en Suisse ? On est en plein, dans un conflit d’intérêts manifeste. Peut-être que c’était illisible. Ou simplement, c’est le seul nom que les Suisses avaient oublié de fournir. Quelle pantalonnade !

Mais bien sûr, les médias dominants devraient s’arrêter là (annonce de 2009 d’Éric Woerth sur les évadés fiscaux) pour définitivement l’épingler de la légion du déshonneur. Démission !