Mort de Saïd Bahrarach, vigile à Bobigny: l’impossible vérité.

Posted on Avr 3, 2010 @ 22:54

63


Il y a de quoi douter de la justice quand on voit ce qui se passe avec la mort de cet homme de 36 ans sans histoire, marié et père d’un enfant de 3 ans. Tout à l’heure, je lisais une réaction où une personne disait que c’est une injustice qui risque de mettre le feu aux poudres dans la mesure où cette justice-là tend à minimiser le caractère réel de cette mort et/ou crime. Mort d’avoir fait son travail !

Ne dit-on pas souvent « à tout seigneur tout honneur » ? Alors, un pauvre vigile, personne n’en parle, aucun ministre ne se déplace etc. Saïd est mort apparemment de noyade et le parquet indique que « l’intention homicide n’était pas retenue, de même qu’aucun élément de nature à donner à ces faits une connotation raciste ou religieuse ». En réalité, comment ne peut-on pas se poser des questions après les déclarations de ses agresseurs.

On a donc appris cet après-midi que les 4 personnes incriminées sont incarcérées. Ces dernières prétendent avoir entendu des insultes antisémites mais, des témoins de la scène ont démenti leurs propos. Une défense un peu tirée sur les cheveux donc. Ensuite, les mêmes, avant qu’on ne retrouve le corps du vigile, prétendaient l’avoir vu traverser le canal de l’Ourcq. Avec autant de mensonges, comment peut-on estimer une seule seconde qu’ils n’ont pas tout bonnement précipité le malheureux dans le canal et le voir couler ? Et pourquoi, justement, le gilet de la victime peut-il se retrouver hors de l’eau s’il fuyait ? Et dire qu’il avait quand même un chien, il y a quelque chose qui laisse à penser qu’on l’a aspergé de gaz lacrymogène et pousser dans l’eau.

Oui, pour information aussi, on a retrouvé une bombe lacrymogène vide. Elle n’appartenait pas au…vigile. Non, à défaut, c’est un suicide. Il était tellement antisémite qu’il s’est jeté dans l’eau pour qu’on accuse les autres ? Mais, c’est trop beau pour être vrai. Même les policiers disent qu’il a « vraisemblablement été jeté dans l’eau » mais, le procureur de Bobigny, Sylvie Moisson, estime le contraire. D’où vient l’ordre de minimiser ce crime ?

Repose en paix Saïd et que ceux qui t’ont tué n’aient plus jamais la paix ici bas et là haut  !

Publicités
Posted in: Actualité